Le Noroît

Depuis trente ans, les Éditions du Noroît poursuivent avec passion l’édition du livre de poésie. Nous tenons ce pari de donner voix au poème, ce fragile édifice de langage qui, par essence, interroge, doute, prend le risque de sa vulnérabilité et cherche à ouvrir de nouvelles avenues à la parole.

Nous souhaitons que nos auteurs et auteures trouvent chez nous un lieu d’écoute et de complicité qui témoigne de leur singularité et soit propice à l’accomplissement de leur démarche. De même, nous désirons que les lecteurs et lectrices trouvent dans la poésie un lieu de questionnement et de création.

Le poème est dialogue. Nous espérons être ces passeurs qui le mènent jusqu’à vous.

Contact

4609 d’Iberville, espace 202

H2H 2L9

Montréal -Québec

Un visage appuyé contre le monde

10 décembre 1999

Un visage appuyé contre le monde

collection Ovale
Les lieux fondateurs de la poésie d’Hélène Dorion sont ici synthétisés, et la recherche d’une raison de vivre devient l’expérience d’un comment vivre. Son questionnement témoigne d’une attention à la vie, à ses fragiles instants ; il nous approche du monde et nous montre aussi ce qui nous en sépare. Entrer dans cette expérience, partager la joie et la désolation, écouter cette voix qui ne demande qu’à aimer, c’est accepter d’aller à la rencontre de soi comme de (…)

Poèmes de l'infime amour de Michel Leclerc

1er janvier 1997

Poèmes de l’infime amour de Michel Leclerc

Regarde
Ai-je ou non trop aimé
ta lèvre qui demeure ?
Et ton souffle apaisé
Et tes paupières mêlées d’ombres et d’erreurs
Regarde mon amour dans tes mains mon visage
si lent à quitter le trémail de tes yeux
Regarde une seule fois
l’élan de la nuit toujours enlevée
Regarde mon amour dans mes mains ta douleur
Le temps se lève comme un désir
tout armé à côté de toi
Regarde dans tes yeux l’étoile vraiment noire
Ma soeur toujours neuve
Reviens à travers l’impossible qui te garde
Arrive par la (…)

Poème
de l’instant

Ana Istarú

Saison de fièvre

Yo soy el día.
Mi pecho izquierdo la aurora.
Mi otro pecho es el ocaso.

Je suis le jour.
Mon sein gauche l’aurore.
Le droit, le crépuscule.

Anna Istarú, Saison de fièvre, Traduit de l’espagnol (Costa Rica) par Gérard de Cortanze, La Différence, Éditions Unesco, 1997.