Le Graal des taoïstes

André Velter

Non

Quand un poète respecte sa liberté et son ivresse,
Il vagabonde ici ou là comme un clochard céleste.
Si un important l’importune, patron ou président,
Il secoue ses haillons d’ivrogne transcendantal

Et sait le congédier.

in Treize poèmes improvisés à la gloire du vin en compagnie
de Wang Xizhi, Tao Yuanming, Wang Han, Wang Wei,
Li Bai, Du Fu, Li Yu, Liu Yong, Su Shi et Wang Shipu.

Poème
de l’instant

Claude Michel Cluny

Odes Profanes

Tout déjà était en toi
même l’âpre saveur des paroles des morts
Avec sur ta bouche close
leur goût d’indicible sel.
Mais empare-toi de l’absence et ose
Va avance aveugle et seul
Toute flèche aime sa cible.
L’enfance le sait qui, libre
(habiter Nulle Part est le plus sûr)
déchire sans innocence
son invisible futur.

Claude Michel Cluny, Odes Profanes, Éditions de la Différence, 1989.