Le Cormier

Contact

19, rue du Marteau

B-1000 Bruxelles

L'envers d'Anne Penders

1er juin 2012

L’envers d’Anne Penders

"Parfois, on retourne un caillou. On se demande s’il a déjà bougé.
Parfois. L’évidence qu’il n’est que - provisoirement à l’arrêt.
Cela ne résout pas la question du début."

La poésie brésilienne aujourd’hui

1er novembre 2011

La poésie brésilienne aujourd’hui

Ricardo Aleixo
Francisco Alvim
Arnaldo Antunes
Carlito Azevedo
Paulo Henriques Britto
Augusto de Campos
Ricardo Domeneck
Marilia Garcia
Paula Glenadel
Julio Castanon Guimaraes
Lu Menezes
Nuno Ramos
Claudia Roquette-Pinto
Alice Ruiz
Zuca Sardan
Marcos Siscar
Cette anthologie publiée à l’occasion d’Europalia.Brésil réunit en édition bilingue portugais -français seize poètes qui ont changé ou sont en train de changer le paysage littéraire brésilien.
Bien que la poésie foisonne au (…)

Ithaques

1er juillet 2011

Ithaques

"Beauté. Fleur de sel aux mailles de la mer. Extase. Absence. Souris à la mouette. Un trait signe. Son passage. Un rai de lumière. Confirme le jour. Lent. Tu vis."

Couleurs d’un éveil de Philippe Jones

1er mai 2011

Couleurs d’un éveil de Philippe Jones

"plus de voix, quelques gestes incertains sous la brume, mais le passé, au fond des yeux, brillant encore ; se mouvoir lentement dan un lointain regard ; un bruit d’avion grandit et passe, efface ailleurs ; la marche se poursuit et s’ouvre à la culbute"

Juin

1er janvier 2011

Juin

"La rue
d’abord
un fragment
un détail sans importance
ce rosier au bas du perron
alors les roses dans tes mains
les taches roses des fleurs
au-devant de toi
l’odeur de pétales froissés"

Bribes de Bosquet de Thoran

1er septembre 2010

Bribes de Bosquet de Thoran

le silence ouaté
de la neige qui tombe

Groupuscules du vertige de Kang Byung Ki

1er septembre 2010

Groupuscules du vertige de Kang Byung Ki

"7.
Je vagabonde au temps des nouvelles reliques. Et je reste de moi des paquetages défaits, hère d’être tumescent du réel. A ne pouvoir penser. Je veux dire : surgir auréolé d’un travail de cisailles. A ne pouvoir jouir du laminage des plaies, à l’impact de savoir que l’impact a touché. Mais l’espace de l’espace est troué d’hourvaris."

L'autre soleil de Sarah Plimton

1er avril 2010

L’autre soleil de Sarah Plimton

"Lumière vive
l’oeil effilé affronte
l’air
que la lumière ravive
tranchant le long du ciel
pages bleues
jours imprimés
pressés
dans quelques routes dehors".

Contre-jour

1er février 2009

Contre-jour

Contre Jour est un livre bref, d’une économie d’autant plus étonnante que son auteure parvient à condenser en quelques mots tout un univers de sensations qui sont dans un premier temps construites autour de couleurs et de formes et où les lieux minimalement évoqués sont présents à la manière d’une énigme. C’est alors sur un tout autre plan que se découvre la profondeur de cette écriture poétique d’une grande sobriété. Ce sont les effets d’étrangeté que porte cette écriture, c’est le sentiment de vertige (…)

Tourbe de Pedro Serrano

1er janvier 2009

Tourbe de Pedro Serrano

"Je perds le son de ma voix.
je promène ma main sur mon corps, je m’écoule
vers un lointain désertique,
vers une mer sèche et vide,
vers une errance calcinée.
Je perds la clé des choses, leur lien.
J’erre sans paix ni âme dans le jour."

Poème
de l’instant

Coplas

Que fais-tu, hibou, sur ton olivier,
avec ces grands yeux tout écarquillés ?

Je m’occupe à observer, dit l’oiseau,
du temps la longue traversée.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.