Le Cherche-Midi

Collection de poésie

Poésie contemporaine

Collection de poésie pour la jeunesse

Revue de poésie

Type de livres
Poche, broché, illustré

Mode de diffusion, distribution
CDE - Sodis

Année de création : 1975

Nombre de parutions par an  : 120

Tirage moyen : 3000 exemplaires

Accepte de recevoir des manuscrits

Contact : Jean Orizet
Tél : 01 42 22 71 20
email : srotil@cherche-midi.com

Contact

23 rue du Cherche-Midi

75006

Paris

L'Etoile qui tombit, pardieu la belle fête ! de Gilles Durieux

1er juin 2010

L’Etoile qui tombit, pardieu la belle fête ! de Gilles Durieux

"(…) Les souvenirs se bousculent, les personnages se croisent, se rencontrent et se perdent dans les poèmes de Gilles. Sous une apparente simplicité de forme et de contenu, il y a beaucoup de culture, de clins d’oeil, de références multiples dans ces poèmes plus « composés » qu’il y paraît. Mais Gilles nous fait oublier ce savant débraillé pour ne nous laisser à lire que la « substantifique moelle » de cette émotion nommée poésie. Fidèle à son habitude, il nous livre aussi une galerie de portraits « en (…)

HDT

1er mai 2010

HDT

HDT Hospitalisation à la demande d’un tiers
"Pluies
J’ai lâché prise. Je vole dans les assiettes. Je me
perds dans ma chambre. Je suis l’enfant qu’il
faut dérober à la vue. J’existe à peine, je me noie
dans une goutte d’eau. J’attends les grandes
pluies du large qui laveront le monde…"

Sommes de toutes parts

1er novembre 2009

Sommes de toutes parts

"le poème est partage
le poème est départ
somme de toutes parts avenues
du désert
croisée
de semelles d’ébène sur la neige
d’empreintes de salpêtre dans la suie
rencontre pétrifiée et vivace
précipité de vertiges avortés
piétinement décanté de traces
jusqu’au gris solitaire
où tu sertis lien avare
la part du bleu
rare
lueur qui nous reste impartie"

Paris est tout petit

1er mai 2009

Paris est tout petit

Poèmes, chansons, souvenirs, feuilletons. Jacques Prévert raconte Paris à sa manière.
Chacun de ses textes est né d’une rencontre avec un lieu, un être aimé, un regard, une silhouette, une image, une odeur, une couleur.
« Jacques, tu ne sais pas peindre, mais tu es peintre », lui a écrit un jour Pablo Picasso.
Jacques Prévert est le peintre de Paris. Comme Vincent Van Gogh, « Il a le regard bleu et doux / Le vrai regard lucide et fou / De ceux qui donnent tout à la vie / De ceux qui ne sont pas (…)

Et puis voici des fleurs, par Patrick Poivre d'Arvor

1er mars 2009

Et puis voici des fleurs, par Patrick Poivre d’Arvor

Mes poèmes préférés d’hier à aujourd’hui
Anthologie de la poésie française.

Nuits de l'âme

1er février 2009

Nuits de l’âme

21 poèmes d’après les 21 Nocturnes de Frédéric Chopin.
"Opus 9 n°2, mi bémol majeur
Tendresse dansée
Pure romance
Ourle son fil
Sur son jour
Insouciante
Pour s’alanguir
Aux bras du ciel…"

<i>A quoi sert la neige ?</i>

1er janvier 2009

A quoi sert la neige ?

Grand-mère a tondu tout un nuage
Pour nous tricoter des chaussettes pour l’hiver
Elle est la grand-mère de tous les va-nu-pieds
De tous les frileux
C’est pour eux qu’elle a accroché un soleil à son plafond
Et une lampe tempête à sa porte
Pour les guider vers son âtre où cuit un pain dodu

Poèmes de femmes par Régine Deforges

1er novembre 2008

Poèmes de femmes par Régine Deforges

Ce livre est plus que la simple compilation de poèmes écrits par des femmes, du Moyen Age à nos jours : c’est un élan du coeur !
Mais cet appel intérieur constitue surtout un véritable plaidoyer, celui qu’un écrivain, femme de surcroît, doit, aujourd’hui encore, prononcer, dans le but de faire découvrir au plus grand nombre de lecteurs contemporains les richesses que recèle – subsistant malgré l’évolution des mentalités – ce « ghetto poétique de la féminitude ».
Régine Deforges y défend avec passion le (…)

Les lettres françaises et les étoiles dans la clandestinité 1942-1944

1er septembre 2008

Les lettres françaises et les étoiles dans la clandestinité 1942-1944

Présentées par François Eychart et Georges Aillaud.

Double fonds de Louis Aldebert

1er septembre 2008

Double fonds de Louis Aldebert

L’écriture de Louis Aldebert se place d’emblée sous le signe d’une sensualité peu ou prou baroque. Il témoigne ici d’une étonnante capacité à être en osmose avec la nature, dans un registre où le langage joue sur les deux tableaux. Des métaphores charnelles, érotiques même, émaillent l’ensemble, et Louis Aldebert module très habilement cette permanente harmonie entre animal, végétal et minéral. C’est peut-être cela, le Double fonds qui donne son titre au (…)

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage