Le Bois d’Orion

Editions de poésie contemporaine, de livres d’artistes.

Revue de poésie : revue Sorgue

Type de livres : broché

Mode de diffusion :
Belles Lettres (diffusion, distribution)

Année de création : 1993

Nombre de parution par an : 4/5

Tirage moyen : 1500

Auteurs phares : Marc Blanchet, Lokenath Bhattacharya

Accepte de recevoir des manuscrits

Descriptif  :
Le bois d’Orion édite des textes littéraires qui allient recherche (intellectuelle, artistique, spirituelle) et qualité de l’écriture et qui, en outre, partagent tous une certaine magnétisation.

Trois domaines d’édition sont les nôtres : la littérature contemporaine, les textes de l’orient et les écrits d’artistes sur leur travail. Que le récit d’un auteur contemporain, les carnets d’une chorégraphe, puissent voisiner avec un recueil de poésies chinoises dans le temps partagé de l’expérience humaine, d’une quête du réel.

Sorgue de poésie
Le Bois d’Orion participe à l’organisation de Sorgue de poésie, les rencontres de poésie de L’Isle-sur-la-Sorgue.

Contact :
M. Christain Le Mellec
email : c.lemellec@wanadoo.fr
Tél : 04 90 38 43 87
Fax : 04 90 20 87 11

Contact

62 rue denfert Rochereau

84800

L’Isle sur la Sorgue

<i>Aubes</i>

1er février 2012

Aubes

"D’aube en aube, la solitude silencieuse m’aura, à peine délivrée des chambres de la nuit, livrée sans obstacle à la perception du dehors, dans un état flottant fait de contemplation éperdue et de méditation incertaine, mais prise dans l’illusion (peut-être le miracle s’est-il parfois produit) d’une fusion avec le monde, la transparence des baies vitrées facilitant les amorces d’une sorte d’extase matérielle, termes qu’à peine posés, on trouve trop grands pour soi. (…)

L’éveil est un acte. René Daumal et le Travail sur soi

1er novembre 2008

L’éveil est un acte. René Daumal et le Travail sur soi

in Centenaire René Daumal (actes du colloque du 16 mars 2008)

Le Cantique qui est à Gabrielle de Christian Ricord

1er novembre 2005

Le Cantique qui est à Gabrielle de Christian Ricord

Constitué de trois livres (Maison Dieu (I, II, III et IV), La Tombée des Nues et Les Heures à la Nuit, Le Cantique qui est à Gabriel/le est le grand œuvre de Christian Gabriel/le Guez Ricord. Bernar Mialet, son exécuteur testamentaire, a réalisé l’établissement de cette édition.
Né à Marseille en 1948, Christian Guez Ricord y est mort en juin 1988. Jeune poète, il est très vite remarqué par Michel Deguy, Pierre Oster et Yves Bonnefoy qui devient un ami. Le poète travaille continûment à trois grandes (…)

L'énigme de la rose de Raphaël Terjan

1er novembre 2005

L’énigme de la rose de Raphaël Terjan

Cet ouvrage rassemble une vingtaine de courts textes poétiques qui sont autant de méditations sur la beauté et l’art.
Raphaël Terjan est né en 1933 au Liban, à Bécharé, village de Khalil Gibran, dans une famille arrivant d’Arménie. Il a notamment publié des études dans les revues La Table Ronde, et La Revue des deux mondes. Depuis 1993, il se consacre à l’écriture.

Sorgue n°5

1er juin 2005

Sorgue n°5

revue semestrielle art - littérature - poésie
Sorgue, la source, est bien ce lieu de nudité et de surabondance à proximité duquel nous voulons établir cette rencontre d’expériences et de recherches que l’on dénomme revue. Sorgue, que l’on aimerait entendre comme un impératif, une injonction à la transparence, aux eaux vives.
N°5 :
Désert
Textes d’André Velter, Joël-Claude Meffre, Joël Vernet, entretien avec Lorand Gaspar, l’expérience du désert selon Edmond Jabès et Giuseppe Ungaretti.
Cahiers de (…)

La langue volée au serpent

1er septembre 2004

La langue volée au serpent

Ce recueil se compose de cinq suites de textes récents de Marc Blanchet :
Rosée noire
L’image princière
La langue
Courbe Ténèbre
Journal de l’Alhambra

Poème
de l’instant

Olivier Barbarant

Essais de voix malgré le vent

Voilà dix ans que je tente passer la rampe sans trop forcer les choses ni les mots gaspillés
Tant que faire se peut à éviter les coups de glotte ou le leurre d’en rajouter
Dix ans à prendre les pages pour cet étrange mégaphone où le murmure porte au loin sans briser si possible sa première douceur
À croire qu’avec le livre ouvert c’est le frisson qui se propage et qui peut-être se survit

Dix ans à vous prêter entre mon corps et l’ombre ce bruit de branche agitée qu’un jour vous aussi avez entendu
Sans toujours songer à le dire si bien que je le fais pour vous
Rêvant des phrases et formes de remords comme une mûre dans les ronces
Rompant lentement le silence jusqu’à nos lèvres écorchées
Pour faire place au peu de jours de vous à moi qui nous rassemble.

Essais de voix malgré le vent, Éditions Champ Vallon, 2004.