LansKine

Maison d’édition nantaise et parisienne, LansKine attentive à la modernité, publie principalement de la poésie et des textes littéraires d’auteurs francophones porteurs d’une exigence langagière ou d’un ton…

Contact

39 rue Félix Thomas

44000

Nantes

Le joueur de flûte

17 juin 2022

Le joueur de flûte

Il s’agit d’une "réécriture" du conte du "Joueur de Flûte de Hamelin" légende allemande qui a été transcrite, notamment par les frères Grimm. Elle relate le désastre qui serait arrivé le 26 juin 1284 dans la ville de Hamelin. Les rats ont envahi la ville et détruisent tout, les habitants meurent de faim. Arrivent un joueur de flûte qui se proposent de débarrasser les lieux de tous ses nuisibles. Le maire lui promet alors 1000 écus. L’homme prend sa flûte et précipite les rats dans la rivière mais les (…)

Loup-Blié

14 juin 2022

Loup-Blié

Que verrait un loup s’il venait à parcourir nos villes. Sorte de « Persan » du XXIème siècle Loup Blié vient dans la ville et raconte à une petite fille ce qu’il découvre. Nourriture jetée, manifestations, gaz lacrymogène, bruits incessants, délaissés sur les marges des villes, autoroutes, mais qui est donc le sauvage ? Ce texte, avec humour, nous fait regarder le monde qui nous entoure d’un autre oeil. Et le loup, au langage précieux et précis, nous rappelle que nous avons parfois oublié les choses (…)

Trouée

1er février 2022

Trouée

Texte intime relatant l’expérience vécue d’une forme de maltraitance du corps féminin, Trouée tente de dépasser dans le même temps, qui est un temps infini et indéfini, cette intimité pour en faire une expérience au visage de toutes. Trouée de son moi pour un « tu » d’une humanité sans limites faisant corps face à une violence sans limites. Trouée vers une image d’envol pour respirer dans une dernière vision quand le cou étranglé ne sent qu’un filet d’air. Trouée que seul rend possible le langage poétique, (…)

Le Guet

22 février 2020

Le Guet

Le Guet est le journal d’une perte de soi à laquelle se noue l’énigme de la naissance d’un enfant. La narratrice y est en lutte avec les éléments d’une nature le plus souvent étrangère, se heurtant à sa propre enfance : angoisse et désir animals mêlés. L’ensemble des 41 textes est ponctué de scènes surgies d’un passé très lointain, chassées, au fil de la lecture, par un souvenir beaucoup plus proche, marquant la rupture avec l’être aimé. Souvenir obsédant, quasiment concomitant à l’annonce de la (…)

Alvéoles Ouest

22 février 2020

Alvéoles Ouest

Florence Jou, invitée par Le Grand Café – centre d’art contemporain de Saint-Nazaire, a mené une enquête sur l’histoire du lieu et du territoire nazairien d’avril à octobre 2019.
Alvéoles Ouest est une fiction, entre poésie et théâtre, sur l’industrialisation, les moyens de production et reproduction, les rapports de domination.

Glace

22 février 2020

Glace

Illustrations de Sarah Battaglia
Glace raconte l’hiver, la neige et la vie avec Octave, le fils d’Angèle Casanova. Dessiné par Sarah, il est le seul personnage visible, que l’on découvre à travers le regard de sa mère, toujours hors champ.

j'aime le mot homme et sa distance

22 février 2020

j’aime le mot homme et sa distance

(cadrage-débordement)
Florence Pazzottu emprunte au rugby le cadrage-débordement et ses trois temps, face à face, feinte et échappée, pour proposer, dans une traversée réjouissante des formes et des genres, une véritable aventure poétique, dans un sens que ce livre contribue à renouveler.
S’ouvrant sur un éloge du ratage et du dévoiement dans lequel mythes et faits d’Histoire voisinent et fusionnent avec les expériences les plus contemporaines, triviales parfois, J’aime le mot homme et sa distance joue (…)

Un dernier verre à l'auberge

10 janvier 2020

Un dernier verre à l’auberge

Emmanuel Moses, dans Un dernier verre à l’auberge, a dessiné d’un trait léger et précis des petits tableaux mélancoliques non dénués d’humour. Comme si le passé, et la mémoire, sa matière, étaient un sourire au bord de l’abîme. On parle souvent de l’élégance du désespoir, ici ce serait plutôt l’élégance de la mélancolie.

Ça écrit quoi

11 novembre 2019

Ça écrit quoi

Texte à 4 mains qui nous emmène à la rencontre de bibliothèques bizarres, d’une Manie Dudu, de lieux de Paris, des tweets de Trump ou de poèmes à la sauvette…
ce que tu pourras dire à ta psychologue
quand tu auras retiré sa main de ta bouche
c’est qu’on soigne à Paris désormais
la nuit au creux des Catacombes
c’est d’ailleurs un peu moins cher et plus
exotique mais surtout on y voit
des insectes mangeurs (…)

Scènes d'intérieur

11 novembre 2019

Scènes d’intérieur

Quinze scènes dans lesquelles, un ou des personnages et , des voix s’entremêlent, résonnent pour parler des sentiments dans l’intimité. Surgit un décalage, un écart, sorte d’empêchement ou d’interdit à dire ou à se dire.
conaaaard ça hurle on dirait pas juuuuste ce n’est pas fini elle lui envoie ce que lui
tombe sous sa la main
une assiette lui pend au nez il la saisit au vol lui renvoie à la figure
hors de soi on se fait mal elle le sait
des éclats de vie fracturés asservis s’appauvrissent au (…)

Poème
de l’instant

Lied vom Kindsein

Als das Kind Kind war,
ging es mit hängenden Armen,
wollte der Bach sei ein Fluß,
der Fluß sei ein Strom,
und diese Pfütze das Meer.

Als das Kind Kind war,
wußte es nicht, daß es Kind war,
alles war ihm beseelt,
und alle Seelen waren eins.

Peter Handke, « Lied vom Kindsein ».