La vallée des Ammeln de Philippe Fumery

La vallée des Ammeln de Philippe Fumery

assise seule
au détour de la route
la vallée immense devant elle
vallée des ammeln
drapée de noir
sous un chapeau de paille
elle suit l’ombre
par vagues
dans les fonds
contre les versants opposés
sa charge déposée
contre son flanc droit
Un premier séjour dans le sud marocain avait abouti au recueil « Berbère », qui donnait leur place à la fois à ces habitants discrets de l’Atlas, leurs intérieurs modestes, et aux paysages immenses qui les abritent et les soustraient au regard.
Philippe Fumery est né en 1955. Il réside près de Dunkerque. Il a travaillé dans les vergers, en Dordogne, puis dans le secteur de l’insertion et la formation professionnelle, intervenant d’abord en accompagnement de publics en difficulté, puis en conseil auprès d’associations. Poète, il est également l’auteur du roman Les Voies Navigables, paru aux Impressions Nouvelles en 2003.

Paru le 1er septembre 2016

Éditeur : L’arbre à paroles Maison de la Poésie d’Amay

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.