La remarque de l’ours

d’Anne de Staël, collection La rivière échappée

L’ours sort de sa tanière à midi.
Si son ombre est projetée sur le sol, il fait aussitôt demi-tour pour se rendormir quarante jours d’affilée.
L’ombre lui indique qu’il peut encore neiger. S’il ne voit pas son ombre il sait alors que le printemps est là. On ne peut reien dire de la fin de l’hiver avant que l’ours ait fait sa "remarque".
Effroi que suscite le mot chez celui qui le prononce. Se rendormir quarante jours durant est écrat du poème sur l’éveil naturel qui lui fait ombre. Retrait de l’ombre sur la page de l’ours. L’imprimé est dans une neige le retour obscur de la "remarque".

Paru le 1er janvier 2000

Éditeur : Apogée

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Henri Michaux

« Posture privilégiée »

Magie naturelle d’une simple pose,
Mis au calme
l’esprit en quiétude laisse ailleurs les parleurs
les menteurs inscrits,
laisse s’étaler les naïfs transporteurs
des quotidiennes maximes sommaires de l’époque.
Ne sont plus entendues, les disputes

Hors de l’action
bras retirés de la circulation
aussi bien de l’attaque que de l’aide
retirés de la préparation à agir…

Henri Michaux, « Posture privilégiée », Revue Nulle Part, 1984.