La prose du roman, le Nouveau Recueil n°76

Gérard Macé Deux anges de l’oubli
Benjamin Jordane Province profonde
Étienne Paulin Thrène en dix-neuf chants
Julio Ramón Ribeyro Proses apatrides (traduit
de l’espagnol par François Géal)

TRIBUNE LITTÉRAIRE

Jean-Charles Vegliante D’Italie comme ailleurs
(textes rassemblés par Jean-Paul Goux et Gilles Quinsat)

Claude Ollier Journal : 2001
Jean Thibaudeau Touches définitives
Philippe de la Genardière Un balcon pour une éclipse
Philippe Raulet Va et vient paradis
Cathie Barreau Trois jardins
Anne Guglielmetti Les fleurs
Hédi Kaddour Waltenberg, chantier
Jean-Benoît Puech Timide tentative
Jean Roudaut « Atlas, herbiers et rituels »
Anouchka Vasak « Une espèce de roman »,
ou comment baptiser Le Fils naturel ?
Gilles Quinsat « L’étrange agglomérat »
et « l’œuvre sans nom »
Ariel Denis Protée tel qu’en lui-même
Philippe Chardin Des intermittences de la révélation
à l’âge d’or du roman
Jean-Paul Goux La tournure

LA REVUE

Laurent Nunez Borel juge de Jacques
Panth Pandharpour Chronique d’incertitudes
Alain Madeleine-Perdrillat Caravage à Londres, pas à pas

James Sacré Entretien avec Nicolas Tabuteau

Paru le 1er septembre 2005

Éditeur : Champ Vallon

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Je suis la fille du baobab brûlé

Elle a une main dans la main du désir
Nous ramons en haute mer
Les eaux suffoquées cassées
Masses pendues aux os tendres
Où je meurs dialogue des corps
Le voyage est infini sur les routes de lumière
Le vin des amants est un baiser mortel

Au chant de la bien-aimée
Un soupir rend l’éternité
Mêlant l’anatomie des sens
Notre histoire refuse la chronique des héros
Le sexe humide du poème
Nourrit l’espérance du monde
Nous arriverons ensemble
Nous cheminerons ensemble
Nous partirons ensemble
Au contrepoint de la terre

Ce qui n’est à personne est à moi
J’embrasse le crépuscule d’eau
Je suis debout au flanc des nuages
Je respire l’air frais du soir
Tant qu’il y aura une étoile
Je brillerai avec ma chanson
Et je chanterai à voix de tête

Rodney Saint-Éloi, Je suis la fille du baobab brûlé, « Elle a une main dans la main du désir », Mémoire d’encrier, 2015.