La poésie a mauvais genre

Auteurs : Jean-Michel Maulpoix, Christian Dotremont

<i>La poésie a mauvais genre</i>

La poésie n’est pas réductible à un genre. Elle excède les catégories et met à mal les définitions, tant elle n’a de cesse de "brûler l’enclos" (René Char) et "d’aller plus avant" (Paul Celan). Les essais réunis dans ce volume s’attardent sur quelques œuvres modernes qui, à des titres divers, manifestent ces franchissements (Guillaume Apollinaire, Rainer Maria Rilke, Maurice Blanchot, Christian Dotremont…). Ils esquissent par ailleurs plusieurs portraits de poètes, en chiffonnier, en arlequin, ou en épistolier… Ils illustrent une pensée de la poésie comme parole soucieuse de la vie terrestre et qui interroge notre finitude.

Ainsi conduisent-ils à reformuler la question d’une définition possible de la poésie.

Paru le 1er avril 2016

Éditeur : José Corti

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.