La part de l’étranger de Kadhim Jihad Hassan

La part de l'étranger de Kadhim Jihad Hassan

La traduction de la poésie dans la culture arabe
Sindbad, la bibliothèque arabe, hommes et sociétés

A partir d’une réflexion théorique sur la traduction, au cours de laquelle il tente de dégager une philosophie et une poétique d’ensemble de l’acte traduisant, l’auteur analyse des traductions de la poésie européenne en langue arabe au travers d’une douzaine d’exemples. Les traducteurs élargissent continuellement les régions du penser et du dire, en traduisant, bien sûr, mais aussi en se livrant à une réflexion soutenue sur les difficultés inhérentes à leur travail.

Né au sud de l’Irak en 1955, Kadhim Jihad Hassan est poète, traducteur, critique littéraire et maître de conférences au département d’études arabes INALCO à Paris. Il a publié plusieurs essais et recueils de poèmes, en arabe et en français, dont, récemment, Le Roman arabe (Sindbad / Actes Sud, 2006).

Paru le 1er avril 2007

Éditeur : Actes Sud

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.