La Passe du Vent

Contact

La Callonne

01090

Genouilleux

Venise hors champ

1er septembre 2009

Venise hors champ

Les Textes de Michel Ménaché et un Poème de Michel Butor accompagnent les photos de Venise de Didier Devos.

Dans l'écrit du monde de Stéphane Juranics

1er avril 2009

Dans l’écrit du monde de Stéphane Juranics

"poésie
résonance du cri
dans l’écrit du monde"

20 ans

1er avril 2009

20 ans

"J’ai faim de l’aube
avec son soleil d’occasion
quand la pluie est tellement souhaitée
par un paysan tout proche de moi
que j’excuse la journée de ne pas être à mon service"

L'immensité restreinte où je vais piétinant

1er avril 2009

L’immensité restreinte où je vais piétinant

L’aube grise la pluie maintenant sur les toits
le ciel n’est plus que cette grille
d’ombre visqueuse cette odeur d’eau d’ennui
de poussière je ne sais si je dois
m’arrêter m’asseoir sur un banc attendre
ainsi sans comprendre pourquoi je suis cet homme
las déjà qui regarde la pluie reste seul sous elle
et comme abandonné de tout ne caresse
l’humide bois du banc qu’en souvenir d’un (…)

Usage du poème

1er septembre 2008

Usage du poème

Conversation avec Yann Nicol.

Bleu de terre

1er mai 2008

Bleu de terre

Des villes, des îles, grecque ou indonésienne, Guatemala, Algérie, Cévennes, un lac de Savoie : des vies soudain basculent sur une terre devenue village d’errance…

Corps étranger de Catherine Lalonde

1er mars 2008

Corps étranger de Catherine Lalonde

"Tu prends mes côtés tu les sépares tu manges
mon coeur à mains nues
de vieilles bouchées de légende
salmonellose mon sacramant et tes menteries d’aorte…"

Dans le privilège du soleil et du vent, pour saluer René Char

1er juin 2007

Dans le privilège du soleil et du vent, pour saluer René Char

Salut à toi, René Char, athlète indocile, passeur magnétique, réfractaire intrépide !
Salut à toi, souverain prodigue, oracle enthousiaste, compagnon manifique !
Salut à toi, "grand berger supérieur", monarque fraternel, "homme debout"…
.. dans le privilège du soleil et du vent !

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.