L’indicible frontière

Revue

Nous publions des poèmes et des textes en prose contemporains mais lisibles, avec une grande ouverture sur l’Ailleurs (auteurs francophones ou étrangers traduits). Des auteurs comme Bernard Noël ou Georges-Emmanuel Clancier nous ont fait le plaisir de s’intéresser à nous et de nous livrer textes et traductions.
Nous sommes toujours à la recherche de textes de qualité.
Nous organisons également des lectures, des cafés poésie, des spectacles, en Limousin, en Bretagne et ailleurs.
La presse régionale et nationale nous a souvent fait le plaisir de saluer nos publications et nos manifestations.

Contact

"Villa Clio", F

87260

Vicq-sur-Breuilh

L'indicible frontière. Rue(s) d'enfance(s)

1er juillet 2005

L’indicible frontière. Rue(s) d’enfance(s)

Textes inédits d’écrivains
Entretien avec Marie-Noëlle Agniau, poète
Critiques
Nos 20 ans.
Ce numéro-recueil fait la part belle à des inédits de poètes contemporains, à découvrir ou déjà connus, en particulier l’italien Ferrucio Brugnaro, publié ici en bilingue, grâce à la traduction de Jean-Luc Lamouille.
Une rencontre est proposée avec Marie-Noëlle Agniau, poète et philosophe, publiée dans de multiples revues et en recueils, en France et en Belgique - l’une des voix nouvelles et reconnues de la poésie en (…)

Poème
de l’instant

Stéphane Crémer

La Terre

Au sortir d’un rêve à Brasilia j’ai empoigné
la terre, déjà si âcre à mes mains
que leurs paumes m’ont paru des papilles
d’où montait un goût avec son parfum.

Quelqu’un est mort bien loin ce matin
et j’ai pensé, en me baissant jusque là
pour l’emporter à mon tour, que je saurais
l’y ensevelir à ma manière en secret.

Ainsi – car n’allons pas priver la poésie
de sa logique : ni car ni ainsi ne sont proscrits
du poème, ni aucuns mots, pourvu qu’ils s’unissent
en pensée par-delà les marges noires du faire-part ! – ,

ainsi je garde près de moi, dans des flacons
comme une épice sur l’étagère de ma cuisine,
ce pigment rouge du Brésil dont je sais qu’un jour,
empesé à l’amidon de mon choix, un beau jour

nous partagerons la délicieuse peinture mitonnée
qui montrera, aussi bien qu’une Joconde enfin
pour de bon éclipsée de son cadre, ce qu’il reste
de cette disparition : un paysage, et son horizon !

Stéphane Crémer, compost, Éditions isabelle sauvage, 2013.