L’été sans fin de Franc Nichele

L'été sans fin de Franc Nichele

Michel Brume a-t-il jamais existé ? Franc Nichele ne se cache-t-il pas derrière cette doublure pour parler plus librement de lui-même ? Les cinquante et un poèmes constituant le corps principal du recueil forment un récit chronologique ponctué par les voyages, les rencontres féminines, les inaboutissements de l’auteur énigmatique de L’Été sans fin. Titre faisant référence à la vie éternellement ensoleillée des surfeurs (Endless Summer). Le commentaire de Franc Nichele éclaire la vie et la personnalité du poète (un Michel Brume portant le masque de l’écrivain), à la manière d’un journal intime ou d’une autobiographie romancée. Le « roman » d’une vie s’écrit au fil des poèmes.
« Il m’est apparu intéressant, à travers ce jeu de doubles, de retrouver la généalogie d’un poème, de le rendre accessible, le reliant à une réalité tangible, pour tout dire “corporelle”, sensuelle. Ainsi puis-je faire passer un récit autobiographique pour de la fiction. Ou bien l’inverse. Je ne sais si cette approche est une démarche novatrice… quoi qu’il en soit, Michel Brume meurt à la fin d’une crise cardiaque dans le hall d’un hôtel - et Franc Nichele cesse d’écrire. »

Paru le 1er mai 2014

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Coplas

La vérité vraiment vraie
jamais ne se cache en l’obscurité,
elle se cache en la pleine clarté.

José Bergamín, « Coplas », Traduction de L.-F. Delisse, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.