L’enfant bleu

Auteur : Vincent Calvet

L'enfant bleu

Peintures de Zeynep Perinçek.
Traduit en arabe par Aymen Hacen.

Il est au bord de l’eau, les mouettes rient dans le ciel, il a une pelle et un seau l’enfant ne parle pas, le ciel ne dit rien, les nuages passent, il ne sait pas les compter. Sur un plage, l’enfant déplace son regard, s’arrête aux algues, aux flots et aux animaux qui l’entourent, observe un gros monsieur qui ronfle, se bat avec d’autres enfants qui marchent sur son sable, puis joue avec eux à bâtir des châteaux… L’enfant bleu est une ode à l’enfance, à la temporalité suspendue, au regard sur le monde, à dire le réel dans ses moindres détails.
À partir du poème de Vincent Calvet, nous avons proposé à Zeynep Perinçek de peindre, sur un grand format, autour des sensations, des sons et des couleurs qu’elle relie à l’enfance et au bord de mer. Puis, dans sa grande peinture, nous avons découpé des morceaux, comme autant de détails qui retiennent notre attention d’enfant.

Paru le 1er juin 2019

Éditeur : Le Port a jauni

Genre de la parution : Jeunesse

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Cécile Coulon

Courir

La course, la vraie, est une fureur carnivore. Un astre brûlant caché dans les jointures du corps ; elles grincent, la nuit, comme un miracle froissé. Une force qui rugit, à laquelle nous sommes forcés de croire puisque qu’il n’y a qu’elle qui puisse suspendre aux crochets des montagnes des femmes et des hommes emplis de cette beauté brutale qui ne supporte ni la lenteur, ni les cris, ni ces bouquets d’amnésie qu’on s’offre pour éviter d’avoir mal. »

Cécile Coulon extrait de « Courir », Les ronces, Éditions Le Castor Astral, 2018