L’arrière-pays

Auteur : Yves Bonnefoy

L'arrière-pays

Première édition : 2003

Nouvelle Postface

Résumé
« Le chemin que l’on n’a pas pris, au carrefour, ne conduisait pas à un pays autre. "Là-bas", ç’auraient été les mêmes horizons qu’ici, les mêmes seuils et les mêmes hommes, au mieux quelque variante sans grand relief au sein d’un unique réel. Et pourtant il est des esprits que cette occasion illusoire ne cessera de hanter. Ils croient côtoyer un arrière-pays qu’à un carrefour nouveau - le hasard aidant cette fois, ou grâce à un signe, soudain compris - ils pourront peut-être rejoindre.
Pourquoi cette aspiration, que recouvre-t-elle ? Et quel rapport a-t-elle avec notre besoin d’images, et quel rapport "les images" ont-elles avec le dessein propre des œuvres ? Je cherche à définir la réfraction ontologique : par quoi l’unité, cette lumière, ayant à nous atteindre à travers des mots aujourd’hui extériorisés, dévie dans leur épaisseur au point que son origine apparaît ailleurs qu’en l’existence, sa substance autre que celle des actes quotidiens, sa forme trouble, irrégulière, mouvante - ce brisement, toutefois, étant notre imaginaire, ce glissement sur des crêtes au moins l’incitation au désir. »

Paru le 1er septembre 2005

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.