L’arbre à paroles Maison de la Poésie d’Amay

L’Arbre à paroles publie une cinquantaine de titres par an et compte à ce jour plus de cinq cents titres. Les éditions s’ouvrent en priorité à la poésie francophone de Belgique et recherchent des jeunes auteurs, tout en publiant des poètes de la Francophonie et des poèmes traduits, en édition bilingue. Neuf collections se partagent les titres : L’Arbre à paroles, Points d’orgue, Traverses, Le buisson ardent, Les petits bleus du Buisson ardent, l’Oeil à l’Oeuvre, Monde latin, Textimage, Maison de la poésie, et vient de s’ajouter la revue trimestrielle L’arbre à paroles.

Editions de poésie

Collection poésie étrangère
Poésie contemporaine
Collection poésie pour la jeunesse
Revue de poésie

Type de livres
encollé

Mode de diffusion, distribution
Aden Diffusion pour la Belgique
Auto-diffusion

Année de création : 1964

Nombre de parutions par an : environ 50

Tirage moyen  : 500 ex.

Auteurs phares  : Ayguesparse, Vincensini, Linze, Falaise

Accepte de recevoir des manuscrits.

Contact : David Giannoni
Tél : 00 32 (0) 85 315232
Fax : 00 32 (0) 85 315432
email : editions@maisondelapoesie.com

Contact

50 Grand Route

B-4540

Ombret-Amay Belgique

8 ans de Julie Remacle

1er février 2015

8 ans de Julie Remacle

En une succession de courts textes fulgurants, 8 ans raconte la vie d’une petite fille belge née dans les années 80. A mille lieues des préjugés mièvres qu’on projette sur l’imaginaire enfantin, l’héroïne de Julie Remacle est, du haut de ses huit ans, douée, sensible, lucide et drôle. En revenant sur les événements marquants de ses premières années – depuis un discours qu’on lui impose d’écrire en l’honneur de la fête de la Communauté française au choc de l’affaire Dutroux –, elle nous montre, en une langue (…)

<i>Il y a de l'innocence dans l'air</i>

1er novembre 2014

Il y a de l’innocence dans l’air

Puis un jour, la main décide de prendre
tout son temps,
elle caresse un dos, elle apaise une joue,
elle se pose en douceur sur la bouche,
comme pour mieux dire silence,
elle frôle un souffle d’air
où se tiennent le jour, et la nuit, et le travail
du nuage d’écrire,
muets encore de tout ce qui se passe
et ne se passe pas encore,
elle pressent
l’autre main
qui, elle aussi s’en va, sur un autre trottoir,
sans penser à demain,
et la (…)

Exercices de chute d'Alexis Alvarez Barbosa

1er février 2014

Exercices de chute d’Alexis Alvarez Barbosa

On n’est pas beau très longtemps. Je ne vais pas te mentir. Je ne vais pas te raconter l’histoire du type qui met sa langue dans toutes les bouches. Je suis un jeune chien qui se taillade et constitue des rivières minuscules.

Rythmes pour apprivoiser la hérissonne par Doina Ionaid

1er mars 2013

Rythmes pour apprivoiser la hérissonne par Doina Ionaid

Depuis peu, les études sur le bonheur sont fort prisées. On peut apprendre tout ce qu’on veut. Fini, les doutes. Ces études sont mieux encore qu’un détecteur de métaux ! Précision et efficience. Mais quel est le coefficient de ton bonheur à minuit, quand vient la hérissonne, qu’elle se glisse dans ton lit et se niche sur ton ventre ? Quelle étude moderne saurait mesurer son grignotement sonore et le convertir en pourcentage (…)

Desperados de Karel Logist

1er mars 2013

Desperados de Karel Logist

Je vous salue / mes compagnons de route et de déroute / passants d’anonymes partages de mon voyage sans boussole / frères obscurs des passages secrets / Qu’on ne me cherche plus de ce côté de l’eau / dans un rang sur une scène ou dans la loge sept / Je me mets entre parenthèses : je prends le large / je déserte ma rue : ma cour ma demeure ma chambre / ma femme mon enfant et mes bêtes / pour donner corps aux quelques rêves / que je perds trop souvent de vue / pour un autre versant du monde / plus juste (…)

L'expérience D, de Nicole Caligaris et Pierre Le Pillouër

1er mars 2013

L’expérience D, de Nicole Caligaris et Pierre Le Pillouër

Prodiges d’avant le doute
croyances dans le besoin de
peur de
peu
Je descends au milieu des ronces, loin de tout, en retard, la peau déchirée, le sang pompé par les tiques, seule. la pente est casse-gueule, il pleut. Voilà que c’était pour lui, cette traversée des broussailles, cet épineux enjambement d’aucune trouée, ce délicat sondage des taillis, cet avancer trop lent, précautionneux, sans un passage, ce silence, c’était pour lui qui ne se tourne pas, ne frémit pas, ne bouge pas une paupière, (…)

Mon nom est Printemps, de Ben Arès

1er mars 2013

Mon nom est Printemps, de Ben Arès

J’entends les chants des morts et des vivants, les chants autour des feux d’herbes, aux veilles des exhumations.
J’imprime les sons, voyelles d’une langue comme nulle autre aux étranges variations.
Je me remémore les visages des fillettes, petits garçons noirs, dessinés dans la chambre close de mon enfance.
J’ai toujours su que hier tenait déjà demain écrit sur les lignes de la (…)

Vers le bleu de Mohammed Bennis

1er novembre 2012

Vers le bleu de Mohammed Bennis

Traduit de l’arabe par Bernard Noël
En collaboration avec l’auteur.
"Je ne sais quand le bleu est venu vers moi
Il a continué à roucouler sous l’arbre du silence
Mais la blouse bleue de cet ouvrier qui de bon matin
monté sur sa bicyclette fut la trace…"

Furtive écoute

1er juin 2012

Furtive écoute

"Le reflet d’une aile sur l’eau
Sa proposition fragile
qui s’adresse aux jours à venir"

Poème
de l’instant

Christian Bobin

Le plâtrier siffleur

Il s’agit juste d’une manière humaine d’habiter le monde. Parce que dire habiter poétiquement le monde ou habiter humainement le monde, au fond, c’est la même chose.

Christian Bobin, Le plâtrier siffleur, Poesis éditions, 2018.