L’âme avance masquée

d’André Bonmort

L'âme avance masquée

Son murmure couvert par le galop emballé de notre monde et par les imprécations des cavaliers fous qui l’éperonnent vers le pire, comment l’âme pourrait-elle encore se faire entendre ? Mais, face à cette fureur autodestructrice qui repousse chaque jour son paroxysme, comment l’âme pourrait-elle se taire ? Terrée en chacun de nous, l’âme est notre lanceuse d’alerte. Notre ultime garde-fou. Aux sinistres perspectives ("Partance imminente incinérateurs du néant"), elle oppose ici la "salubre inclination de l’être à être".
Et nous exhorte à rétablir la poésie active comme force de pensée et de résistance.

Paru le 15 octobre 2019

Éditeur : Sulliver

Genre de la parution : Prose

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Petits poèmes en prose

Votre œil se fixe sur un arbre harmonieux courbé par le vent ; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d’un poëte qu’une comparaison fort naturelle deviendra dans le vôtre une réalité. Vous prêtez d’abord à l’arbre vos passions, votre désir ou votre mélancolie ; ses gémissements et ses oscillations deviennent les vôtres, et bientôt vous êtes l’arbre. De même, l’oiseau qui plane au fond de l’azur représente d’abord l’immortelle envie de planer au-dessus des choses humaines ; mais déjà vous êtes l’oiseau lui-même.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, « Le Théâtre de Séraphin », 1868.