L’allégresse pensive

Auteur : Michel Deguy

L'allégresse pensive

En mai 2006, des écrivains, des poètes, des philosophes et des critiques se sont retrouvés à Cerisy pour travailler en compagnie de Michel Deguy sous la bannière de « l’allégresse pensive » empruntée à Milton.
Au fil des interventions et des conversations, une réflexion collective s’est construite qui prenait son départ dans les poèmes et les thèses théoriques d’un poète influent qui refuse qu’on sépare l’acte de création de l’instance critique. En effet, au-delà des lieux communs de plus en plus fréquents sur poésie et philosophie, au-delà de la reprise de ces thèmes par la vulgate, la poésie comme la poétique de Michel Deguy sont en pensée. Elles sont de la pensée, elles sont pour la pensée, elles sont en pensée. Elles définissent un « régime » de la pensée. D’où une série de questions :
Si le poème pense, comment penser en poème ? Quels sont alors les effets de la pensée sur le poème et du poème sur la pensée ? Et comment penser les rapports d’une poésie pensive et de la poétique ? Si la poésie n’est pas seule, quels sont ses liens avec les autres arts ? Qu’en est-il du poème à l’ère du « culturel » ? Comment l’écrire et comment le lire ? Si la poésie enfin a rapport avec la croyance, comment dire le rapport de la croyance poétique et du « sans retour » si l’on désigne par là le mouvement de sortie du religieux ?
Les interventions du colloque sont exposées selon l’ordre des raisons. Elles sont précédées d’un récit : L’Hexaméron à l’endroit.

Paru le 1er janvier 2008

Éditeur : Belin/ Po&sie

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.