L’Usage ancien de la pierre de Ray DiPalma

Traduit de l’américain par Vincent Dussol

’Usage ancien de la pierre est la première de trois œuvres à charpente diaristique composées par Ray DiPalma durant la dernière décennie. Ont suivi Jihadgraphy (2002) et An August Daybook (2005). Timide dans ce premier livre, la place du visuel s’affirmera ensuite. La structure à semblance de quotidienneté se prête peut-être à cette fusion des deux pans de la création de DiPalma, à la fois poète et artiste graphique depuis ses débuts. Au fil des entrées, on lit le constat d’un effondrement, d’une complétude impossible, d’un originaire enfui, d’un sens en quête duquel il faut partir. Flottent des fragments. En choisissant la forme du journal, DiPalma s’est donné la possibilité de continuer dans l’expérimentation : d’autant que la suite des jours est ici rompue, discontinuité homologue au propos.

Paru le 1er juin 2007

Éditeur : Grèges

Genre de la parution : Biographie

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.