L’Officine

Contact

45 rue des petites écuries

75010

Paris

Jacques Prevel ou la dérive vers l’absolu

1er novembre 2001

Jacques Prevel ou la dérive vers l’absolu

aucun terme autre que "poète maudit" ne saurait mieux qualifier Jacques Prével (1915- 1951), héritier de Ruteboeuf, Villon, Baudelaire et Corbière.
Comme eux, il a connu une existence chaotique, faite d’errance, de pauvreté et de maladie. sa vie fut une folle recherche d’un absolu qu’il a tenté d’atteindre par l’écriture. Consumé par un feu intérieur et rongé par une tuberculose pulmonaire, il s’est éteint à trente-six ans, usé prématurément par les exigences qu’imposait une telle (…)

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.