L’Eau à la bouche. Poésie, ma saison

Auteur : Colette Nys-Mazure

L'Eau à la bouche. Poésie, ma saison

" La poésie m’a préparé à rencontrer le mystère de Dieu", écrivait le poète Serge Wel Oui, entre poésie et mystique, existent tant de correspondances au sens où l’entendait Baudelaire.
La poésie est tout sauf un luxe. Substantielle, elle aide à vivre et celui qui l’écrit et ceux qui la lisent. En témoignent les poètes en temps de détresse : Robert Desnos en France aussi bien qu’Anna Akhmatova en Russie ; des hommes et des femmes qui ont osé dire tout haut ce que tant d’autres souffraient tout bas. Défiant le pouvoir en place, ils ont souvent payé cher ce courage. Ne faut-il pas arracher la poésie à la tour d’ivoire dans laquelle on l’enferme, contre le gré de poètes souvent ? En parler sans jargon, avec des mots simples, afin de la rendre au grand public.
C’est le projet de ce nouveau livre de Colette Nys-Mazure qui propose une flânerie entre quelques poètes de son anthologie.

Paru le 1er février 2011

Éditeur : Desclée de Brouwer

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Emmanuel Moses

Il était une demi-fois

Donnez-moi un mot
J’en ferai deux, j’en ferai trois
Et puis cent, et puis mille
Et quand je ne pourrai plus compter
Je repartirai en arrière
Jusqu’au tout premier
Qui sera le dernier.

Il était une demi-fois, Emmanuel Moses, illustré par Maurice Miette, Éditions Lanskine, 2019, p.32.