L’Arrière-Pays

Contact

1 rue de Bennwhir

32360

Jégun

A la verticale du feu

1er juillet 2009

A la verticale du feu

"j’entre dans cette vigne comme dans un ciel ouvert
pour mon silence d’homme j’entre et sous le fouillis
profane"

<i>Passant de la lumière</i>

1er décembre 2008

Passant de la lumière

"Et désormais tu dors en moi avec tes mains de gisant, avec tes yeux couleur de menthe."

A chaque pas de Bertrand Degott

1er juin 2008

A chaque pas de Bertrand Degott

"Dis-moi ce que tu vois de ta fenêtre
quand tu m’écris…moi je n’ai que des toits
et du grand ciel, à l’image peut-être
de ma vie maintenant qu’il y a toi"
Bertrand Degott

Les Lavandières

1er janvier 2008

Les Lavandières

L'âme errante et ses attaches de Gaston Puel

1er janvier 2008

L’âme errante et ses attaches de Gaston Puel

"O rose
A ton seuil
Tu n’oses
Qu’un oeil
De rosée."

Ode comme du fond d'une autre réalité de Max Carvalho

1er septembre 2007

Ode comme du fond d’une autre réalité de Max Carvalho

Se peut-il depuis ces temps immémoriaux où le vent vous amorce,
où vous pleurez au fond des demeures inhabitées, mesurant votre propre battement au battement d’un coeur absent, se peut-il que nul n’ait jamais songé à composer l’ode qu’à l’instant j’écris à la fine pointe du souvenir de ce gémissement espacé dans la nuit ?

Contre-jour

1er juin 2007

Contre-jour

"Un pas de plus, et l’on frappe à la porte. Tu ne te lèves pas car c’est aujourd’hui comme à chaque fois : personne n’attend sur le seuil, et l’inconcevable présence se tient droite, à bonne distance."

Les rivages de mémoire de Pierre Garrigues

1er septembre 2006

Les rivages de mémoire de Pierre Garrigues

"Le monde sans amour allait de travers, comme les crabes sur les rochers, la roue du soleil basculait dans le ciel, des hommes marchaient le long du rivage, essayant en vain de marcher dans leurs traces, avant que, dans le silence absolu de midi, dans l’immobilité soudaine de la mer et de l’air, ne se confondent les différences en l’indifférence de cette chose énigmatique, lumière."

Feuilles de présence de Jacques Tornay

1er septembre 2006

Feuilles de présence de Jacques Tornay

"Occasion d’éternité quand le monde vous est charnu
sous la paume, l’horizon vanillé,
aucune particule de matière ne s’avance vers sa fin,
ceci s’accorde avec cela dans une ambiance de fête silencieuse.
L’air se dérouille.
Avec une baguette de noisetier on grave des points de suspension
dans le sable, éperdument.
Temps exempaire où une banalité se prononce en majuscule."

<i>Visitation</i>

1er décembre 2005

Visitation

"Voici venir le temps où
le sureau noir fleurit blanc
et ses corolles lavaient nos yeux
dit l’ange de l’aïeule
qui toujours me précède
m’accompagne ou me suit
sans laisser d’ombre sur le chemin
Est-ce sa lampe de paroles
cette douceur qui ouvre clairière
devant le gravier noir de mes pas."
Prix Louise Labé, 2007.

Poème
de l’instant

Krzysztof-Kamil Baczyński

Érotique

Dédicace :

Un jour – pour qui languit : un siècle.
Un geste – et c’est le défilé des ouragans.
Un pas – ce que tu es, tout juste.
À chaque heure – un esprit dans la cendre guettant.

2 février 1942

Krzysztof Kamil Baczynski, « Érotique », Traduction de Roger Legras, Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.