L’Affliction des copyrettes de Nenno Wigman

L'Affliction des copyrettes de Nenno Wigman

Traduit du néerlandais par Pierre Gallissaires et Jan H. Mysjkin

"Tout fleurit à mort. Dans le plus grand silence d’un poème.
Assez donc, assez. Mon crayon s’émousse
et toi, mon père, tu reposes maintenant dans les airs.
Comment faire un jour revivre ton regard ?
Et pourquoi le monde est-il si vaste,
alors que tes cendres tiennent presque dans ma paume ?
Nulle science n’apporte ici une réponse.
Si j’en avais le coeur, j’examinerais la chose
comme un alpiniste vide sa boîte de conserve."

Nenno Wigman
Né à Beverwijk (Pays-Bas) en 1966. L’Affliction des copyrettes est une anthologie personnelle dont Willem Thies a pu dire qu’elle représentait « le meilleur de l’oeuvre du meilleur poète néerlandais d’aujourd’hui ». Cofondateur en 1990 du groupe punk Human Alert, Menno Wigman y exerça comme batteur pendant dix ans. Il est également traducteur de Baudelaire, Nerval, Rilke, Thomas Bernhard et Else Lasker-Shüler.

Paru le 1er septembre 2010

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Version bilingue

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.