L’Act Mem

Comp’Act est un éditeur de création littéraire. Sans dogmatisme, il donne à lire des écritures nouvelles et différentes, à l’encontre du rewriting ambiant. Dans un geste éditorial souverain, Comp’Act, La Polygraphe et la Main de Singe offrent aux lecteurs attirés par la littérature “naissante” de véritables bibliothèques portables de création contemporaine, tout en s’efforçant de fournir de nombreuses informations sur les ouvrages mal connus du marché. Allez visiter le site de l’éditeur. Comp’Act fonctionne à la froide volonté et aux battements du coeur.

Genre

Collections de poésie contemporaine, classique, de poésie étrangère et de livres d’artiste : Morari, La Polygraphe, Scalène
Revue de poésie  : La Polygraphe (revue), La Main de Singe (journal littéraire)

Type de livres
broché

Mode de diffusion, distribution – VPC
Distrubution : Union Distribution (Flammarion)
Diffusion : La Fédération Léo Scheer

Année de création : 1986

Nombre de parutions par an : 15/20

Tirage moyen : 700/1000

Auteurs phares (poésie et assimilé) : TOUS. Notamment chez les classiques : Héraclite, Qu Yuan (Chine ancienne), Hölderlin, Lenz, Hopkins, etc…
En traduction (édition souvent en bilingue) : Tous les auteurs ci-dessus, ainsi que (dans le désordre) : Andrea Zanzotto, Gianni D’Elia, Luciano Erba, Stefano Agosti, Cesare Ruffato (Italie), Gerrit Kouwenaar (Hollande), August Stramm, Arno Holz, Egon Schiele, Lilian Faschinger, Joannes Kühn (Allemagne+Autriche), Mariné Pétrossian (Arménie), Anthologie de la Poésie Chinoise Classique (Tang et Song), Anthologie de la Poésie Albanaise, Poésie roumaine, etc…
Poètes contemporains : Un cinquantaine, dont (dans le désordre) : Martin Rueff, Pascal Boulanger, Sophie Loizeau, Joseph Julien Guglielmi, Virginie Lalucq, Catherine Tresson, Carole Darricarrère, Patrick Laupin, Gilles Jallet, Thierry Martin-Scherrer, Xavier Maurel, Claude Adelen, Nadine Agostini, Jean-Pierre Chambon, Eugène Durif, Mathieu Bénézet, Alin Anseeuw, Andrée Barret, Véronique Vassiliou, Isabelle Zribi, Jean Todrani, Yves Boudier, Florence Pazzottu, Jacques Demarcq, Roger Dextre, Didier Malherbe, etc…
A paraître en 2005  : Philippe Blanchon, Armelle Leclerc, Hélène Sanguinetti, Eric Maclos, Alain Hélissen, Claude Minière, Anne Talvaz, William Carlos Williams, Paul Celan, etc…

Accepte de recevoir des manuscrits
(mais les manuscrits ne sont pas retournés)

Les éditions Comp’Act sont désormais fermées et transformées en "l’Act men", toujours dirigées par Henri Poncet
Editeur : Henri PONCET
Tél : 04 79 44 00 28
e-mail : henri.poncet@lactmem.com

Contact

173 Carré Curial

73000

Chambéry

"La mort, etc." suivi de "Deuil et irréel, modalités." de Tita Reut

1er avril 2010

"La mort, etc." suivi de "Deuil et irréel, modalités." de Tita Reut

Et si la langue occupait en nous la place où, autrefois, on imaginait l’âme ou l’ange (gardien)… Il y aurait alors un usage courant sous la forme du langage et puis, soudain, à la suite d’un regard, d’une perception, d’une rencontre, l’éveil de cette langue manifesté par une précipitation verbale prenant la forme du poème.
C’est ainsi par précipitations successives que se construisent, me semble-t-il, les livres de Tita, et l’on y sent toujours la vivacité du surgissement. L’élan prime et, au gré du (…)

Confessions d'une Joconde / Pourquoi le Minautore est triste d'Anne Talvaz

1er avril 2010

Confessions d’une Joconde / Pourquoi le Minautore est triste d’Anne Talvaz

Les années 2002 à 2008 furent pour moi des années d’exploration, de mes propres limites d’abord, puis de celles du monde, du Mexique, du Japon, de la Chine.
Entre deux périodes de confusion tantôt comique, tantôt catastrophique, l’écriture venait poser des limites bien nécessaires et jouait un rôle de fil conducteur. Si j’écrivais des poèmes, c’était le signe qu’en vérité tout allait bien et qu’en dépit des apparences la vie suivait son cours.
Ces textes sont à prendre à la fois comme une chronique et comme (…)

Léger mieux de Shoshana Rappaport

1er avril 2010

Léger mieux de Shoshana Rappaport

« Oui. Elle va ramener l’ordre. Elle sera submergée par la vie ordinaire. Elle trompera l’ennui. Elle s’imposera de nouvelles règles. Elle régnera malgré le tumulte. Elle s’habituera à ses nuits d’insomnie, à ses crises, aux migraines, à l’euphorie qui suit. »
Lorsque l’abîme se dresse, que la pensée se heurte avec une lucidité sans faille à ce qui la menace, qu’elle se déploie en vain contre le tourment – se retournant contre elle-même –, que l’existence tressaille, réifiant l’effort, quand le bruissement (…)

… le poids qui l'avait fait tomber d'Amélie Collet

1er avril 2010

… le poids qui l’avait fait tomber d’Amélie Collet

Il doit être sept heures du matin. Comme c’est terriblement commun, finalement. Aucune marquise n’erre au dehors. Il n’y a qu’Ezéchiel en dedans. Le jour s’épouste à travers les persiennes de la salle à manger ; ainsi la lumière s’aventurine. Les volets du salon, les volets de ce côté-ci, sont ouverts. Des fenêtres, notre homme n’embrasse pour l’instant qu’une partie du ciel. Sous un cadre, toujours. Le périmètre comme première étape de la sagesse. Croit-on pouvoir tout encercler ?
Professeur de lettres (…)

Brefs impératifs de Shoshana Rappaport

1er avril 2010

Brefs impératifs de Shoshana Rappaport

Dearest
C’est fou ce que ces mots sont violents.
(On a beau dire, c’est fou.) On a beau se croire prémuni. On a beau être prévenu, les voilà, ces mots, justement. Lentement, sourdement, ils affectent.
Et l’on est lesté subitement d’un poids inattendu. Les gestes ralentissent, les pas également, la voix s’infléchit. Le ventre se noue tout comme la gorge. Hantés. Meurtris ? Pas encore. Seulement soufflés, brutalement aux aguets. Trop peu de verbes à disposition. Même les phrases : veule, le langage se (…)

Au Jour le Jour. Selected Poems

1er juin 2009

Au Jour le Jour. Selected Poems

Choix de textes de Joseph Julien Guglielmi portant sur une trentaine de ses livres, pages manuscrites, pages critiques signées par une dizaine de lecteurs, critiques et poètes, et enfin un important cahier de photographies choisies au cours de ce demi siècle de poésie.
Cet ouvrage est le premier titre de la collection Faut Suivre, consacrée aux poètes français qui ont commencé à écrire au milieu du XXe siècle jusqu’à (…)

Vanités Carré Misère d'Yves Boudier

1er juin 2009

Vanités Carré Misère d’Yves Boudier

L’hypothèse de ce livre est la suivante : ces hommes et ces femmes que nous laissons mourir à nos pieds sont les Vanités d’aujourd’hui.
Elles nous somment de conjurer la mort pour consentir à nos vies mercenaires.
Que faire de ces poèmes haletants, brisés ? Ce ne sont certes plus des « morceaux d’éloquence ». Bossuet et Hugo, la Prose et le Poème nullement indifférents à la mort et à la misère du monde, tonnaient, châtiaient, « emportaient tout sur leur passage »… Le poème a perdu son théâtre – de chaire, (…)

Le geste et la mémoire

1er juin 2008

Le geste et la mémoire

cahier dirigé par François-Marie DEYROLLE
avec des textes de :
Daniel ABADIE, Yoshio ABÉ, Jean-Louis BAUDRY,
Marc BLANCHET,François BODDAERT, Yves BONNEFOY,
Patrick CASSON, Jacques DERRIDA, Daniel DOBBELS,
Antoine ÉMAZ, Jean-Pierre FAYE, Jean FRÉMON,
Jacques HENRIC, Abdelkébir KHATIBI, Gilbert LASCAULT,
Emmanuel LAUGIER, Marc LE BOT, Yves MICHAUD,
Yves PEYRÉ, Alain ROBBE-GRILLET, Denis ROCHE,
Paul Louis ROSSI, Jean-Louis SCHEFER, Werner (…)

Vivremourir précédé de Lieu de Cid Corman

1er mai 2008

Vivremourir précédé de Lieu de Cid Corman

Traduit de l’anglais (américain) par Barbara Beck et Dominique Quélen.
Postface de Laurent Grisel.
"Cid Corman est né le 29 juin 1924 à Roxbury, près de Boston, Massachusetts, USA. Il est mort le 12 mars 2004 à Kyoto, où il habitait depuis1958.
Cid Corman était d’abord un poète, son oeuvre maîtresse est OF, un ensemble de cinq volumes, chacun composé de cinq parties, dont les trois premiers volumes sont parus sous une couverture de Sam Francis. Il a été aussi l’éditeur d’Origin, revue essentielle de (…)

Fusées et paperoles

1er mars 2008

Fusées et paperoles

chroniques de poésie.
"La poésie a connu au XXe siècle une mini catastrophe, mini mais aux effets dévastateurs : la puissance de sa langue et de sa pensée a émigré vers la grande prose romanesque, celle de Proust, de Joyce, de Céline… Est-ce à dire que les poètes ont tous déserté ? Mais Artaud, Pound, Ponge, quels noms leur donner ? Et s’il ne nous est plus loisible de nous déplacer dans de vastes continents poétiques, est-ce à dire que de la déflagration qui les a ravagés, et dont s’est constituée la (…)

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.