L’Abord

de Joël-Claude Meffre
Aborder au rivage de l’absence. Mais l’absence est-elle un pays ? Je suis face à ceux qui vont, mourant ma vie, bâtissant l’absence. Ayant déserté tout lieu. Il n’y a qu’à murmurer les mots toujours à recommencer "avec les yeux rivés à l’horizon où le regard s’engrave ". Faudrait-il donner nom à l’absence ? Mais il ne peut se prononcer ; seul un écho persiste, qui pourrait être celui de ce nom, que répète la falaise. Peut-être n’est-il seulement qu’une intention du nom de cette absence. Le murmure du poème se poursuit dans l’étendue, comme devant la mer, sans abord possible, par-delà de toute falaise…
Frontispice d’Albert Woda.
inédit 56 pages 14/22 cm Prix public TTC : 9 ¤ ISBN : 2.85194.588.2

Paru le 1er février 2003

Éditeur : Fata Morgana

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.