Kreisen Cercles de Rose Ausländer

traduction Dominique Venard, avec 4 bois gravés de Marfa Indoukaeva.

" Ecrire c’était vivre. Survivre." Rose Ausländer.

On peut dater la naissance en poésie de Rose Ausländer du recueil " Blinder Sommer " (" Eté aveugle "), paru en 1965. Rose Ausländer avait alors soixante-quatre ans. Elle avait certes écrit quelques poèmes avant ce recueil, mais peu nombreux et de qualité littéraire bien moindre, et l’essentiel de son œuvre viendra après. " Ecrire c’était vivre. Survivre. ", a-t-elle écrit. De fait, je crois qu’on ne peut comprendre l’univers poétique de Rose Ausländer si l’on ne prend pas conscience du fait que c’est une poésie " née du désespoir ", comme elle l’écrira elle-même, et que pour cette femme du XXème siècle, juive et cultivée, écrire aura été une nécessité. A regarder la biographie de Rose Ausländer, il apparaît nettement qu’elle est entrée en poésie comme d’autres en résistance.

Paru le 1er novembre 2005

Éditeur : Aencrages&Co

Genre de la parution : Livre d’artiste

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.