Jean-Pierre Vallotton

Né à Genève en 1955.
Etudes de lettres et d’art dramatique.
A publié une vingtaine de livres : poèmes, nouvelles, critique, ouvrages pour enfants, livres d’artistes, traductions (Ion Caraion, Sylvia Plath, Wolfgang Borchert, R.L. Stevenson).
Lauréat des prix Hermann Ganz de feu la Société Suisse des Ecrivains, Unimuse et Louise Labé.
Bourse de création de Pro Helvetia en 2000.
Traduit en onze langues.
Régulièrement invité à des manifestations littéraires internationales (Rotterdam, Paris, Liège, Macédoine, Québec, Mexique, etc.).
A par ailleurs collaboré à une quarantaine d’ouvrages collectifs/anthologies et une cinquantaine de périodiques (parmi lesquels Sud, Europe, Poésie/Seghers, PO&SIE, La Revue de Belles-Lettres, Ecriture, Le Figaro littéraire, L’Humanité).
Egalement collagiste, il a illustré lui-même la couverture de certains de ses livres.
Le recueil Poèmes à cordes a reçu le prix Poncetton de la SGDL 2005.

Extrait

Dorothea Tanning

Nous sommes les sept merveilles de l’onde, les péchés capiteux de vos songes interdits. Sur la gamme ascendante de nos désirs brûlants, petites filles modales nées du ressac en ses tourments, nous érigeons le prisme d’un furieux monument. De la base au sommet, le même accent sournois s’échappe en cris muets, moule nos formes à la caresse attendue, se fige en mystique nudité. La pudeur ne tient ici qu’à un fil, un bouton resté fermé. Le lit où coule en diamants notre source secrète à son tour s’est engouffré dans la chambre pour se mêler à notre danse effrénée. La vague amoureuse qui sculpte notre pyramide au gré de son pouls pélagique attise de son fouet nos élans de marée.
Toi qui, étant entré, aurais l’audace de refermer la porte, prends garde surtout à la dernière d’entre nous : nul encore ne sait quel caprice houleux abrite sa métamorphose qui perce en vrille la table de ses conques envenimées.

(Palaestra)

extrait de Poèmes à Cordes, 2004, L’arbre à paroles, Amay.

Bibliographie

  • Au rendez-vous des absents, L’Harmattan, 2016
  • Le corps inhabitable, suivi Ici-haut, et de Précédemment, éditions Empreintes, 2016
  • Wings Folded in cracks, choix de poèmes bilingue, traduction anglaise et postface d’Antonio D’Alfonso, 2013, Guernica Editions, Essential Translations Series 14, Toronto (Canada).
  • Salut aux galets, livre d’artiste avec Armand C. Desarzens, 2013, collection « Retour amont », Tours.
  • Tessons, livre d’artiste avec Armand C. Desarzens, h.c., 2013, Belmont.
  • Les Egoïdes, 2013, La Porte, Laon.
  • Choix de poèmes de Pierrette Micheloud, sélection et présentation, L’Age d’Homme, collection poche Suisse 271, 2011, Lausanne.
  • Ici-haut suivi de Le corps inhabitable, 2006, L’Arbre à paroles, Amay.
  • Poèmes à cordes, 2004, L’arbre à paroles, Amay, Prix Poncetton 2005 de la SGDL.
  • Éloge à Pierre Oster, livre d’artiste en collaboration avec Nimrod, gravure de Marie Falize, 2003, Les Provinciales, Amiens.
  • Présence de Pierrette Micheloud, Ouvrage Collectif sous la direction de JPV, 2002, Monographic, Ssierre.
  • Chansons en mie de pain, poèmes pour enfants, 2000, Lo païs d’enfance Draguignan.
  • Le rêveur et la vahiné, poème, livre d’artiste avec 6 gravures de Cécile Livry-Level, 2000, Au vieux moulin, Paris.
  • Sommeils de givre sommeils de plomb, Livre d’artiste (exemplaires uniques), avec des encres de Cécile Livry-Level, 1999, Au vieux moulin, Paris.
  • Les enfants du sommeil, carnets d’un rêveur il, nouvelles, 1998, L’âge d’homme, Lausanne.
  • Blancheur dévastée, poèmes, édition bibliophilique à tirage limité, avec des dessins originaux et une gravure (pour le tirage de tête) d’Armand C. Desarzens, 1998, editions d’Orzens, Lutry.
  • Précédemment, suite sérielle, 1998, L’arbre à paroles, Amay.
  • Images pour Sulamith Wülfing, poèmes, 1997, Unimuse, Tournai (prix unimuse 1997).
  • Sommeils de givre sommeils de plomb, poèmes, 1997, Editions Empreintes, Lausanne (prix louise labé 1998).
  • L’épreuve incessante, choix de poèmes , édition bilingue, version roumaine de Valeriu Stancu, 1997, editions Cogito, Oradea.
  • Esquisse de gisabel, suite lyrique, 1995, L’âge d’homme, Lausanne . Le dé bleu, Chaillé-sous-Les-Ormeaux . Le Noroît, Montréal.
  • Reliefs d’un automne, triptyque profane, 1995, L’arbre à paroles, Amay (épuisé).
  • Hauteur du vertige, carnets d’un rêveur 1, nouvelles, 1994, l’âge d’homme, Lausanne (prix hermann ganz de la société suisse des ecrivains 1995).
  • Brefs blasons pour polymnie, poèmes, 1992, 1/2 vaca, Madrid (épuisé).
  • Tout cela brûlera suivi de cendre sur cendre, poèmes, 1992, La Bartavelle, Charlieu (épuisé).
  • Face aux ruines blanches de l’enfance, contes et récits, 1992, L’âge d’homme, Lausanne.
  • Causeries devant la fenêtre, entretiens avec Jean Tardieu, 1988, PAP, Lausanne (épuisé).
  • Espère, poèmes à jeter, 1987,PAP, Lausanne (épuisé)

    Traductions :

  • Wolfgang Borchert : Chère nuit gris-bleu, nouvelles, 2006, Le Rouergue, Rodez.
  • Sylvia plath : conversation parmi les ruines, choix de poèmes, suivi de le livre des lits, 1999, Hors Commerce.
  • Robert Louis Stevenson : jardin de poèmes pour un enfant (édition bilingue), 1992, Hachette, Le Livre de Poche Jeunesse, Paris—2e édition 1995 (12e mille) épuisé.
  • Wolfgang Borchert : Chère nuit gris-bleu, nouvelles, 1995, editions Jacqueline Chambon, Nîmes.
  • Ion Caraion : le livre des poèmes perdus (prose) suivi de peu d’oiseaux et autres poèmes, 1995, Librairie bleue, Troyes.
  • Wolfgang Borchert : rêve de lanternes et autres poèmes
  • Ion Caraion : la neige qui jamais ne neige et autres poèmes, 1993, L’âge d’homme, Lausanne.
  • Wolfgang Borchert : lettre de russie et autres poèmes (édition bilingue), 1990, Arfuyen, Paris.(édition bilingue), 1998, Le Tétras Lyre, Soumagne.