Jean-Philippe Salabreuil

25 mai 1940 – 25 février 1970

Jean-Pierre STEINBACH, alias Jean-Philippe SALABREUIL, est l’auteur de trois livres de Poésie parus chez Gallimard dans les années 60. Remarqué par Jean PAUHLAN, il reçoit à 23 ans deux prix littéraires pour
« La Liberté des Feuilles », prix FÉNÉON et Max JACOB. Deux autres livres suivront : « Juste Retour d’Abîme » et l’Inespéré.
Après une licence en droit, il travaille à l’ORTF puis au CNRS. Pendant 4 années passées en Afrique, il occupe un poste de Conseiller auprès du Ministre Congolais de l’éducation, tout en continuant d’écrire.
Aujourd’hui, son nom figure dans de nombreuses Anthologies de Poésie aussi bien françaises qu’étrangères et notamment celle de Gallimard « Un Siècle de Poésie Française » parue en 2011.
De nombreux sites Internet font référence à sa poésie. Des émissions sur France-Culture et un hommage à La Maison de la Poésie » pour les 20 ans de sa disparition lui a été rendu en 1990, avec lecture et enregistrement de ses poèmes lus par Jean-Luc DEBATTICE, sur l’initiative de son ami Claude-Michel CLUNY disparu en 2015.
Né à Neuilly-sur-Seine en 1940. Il publie son premier recueil de poèmes "Liberté des feuilles" en 1964. Le vers de René-Guy Cadou "Oui mais l’odeur des lys ! La liberté des feuilles !" l’aurait inspiré pour ce premier livre. Il publie pendant quelques années d’autres recueils de poésie, collabore à des revues, mais ne pouvant surmonter son mal-être il se suicide à l’âge de 30 ans. Engagé totalement dans la poésie, il recherche, à travers elle, à percer le mystère des choses par l’émerveillement ou le vertige du gouffre.

Extrait

EN CLAIR

Fenêtre ouverte en clair
Ou bien tout se termine
Ou bien tout recommence
Et le premier matin du monde
Animaux à genoux
Des femmes qui s’en vont
Des hommes qui reviennent
Et le premier été du monde
Abandonne découvre
Étreint ma terre la dénoue
Trébuche sur les pierres
Et roule comme elles roule
Au bas de mon épaule
Au bas de tes mains fraîches
Où vient de s’arrêter
Mon sang rouge calèche
Dans le premier matin d’été.

extrait de "C’était hier et c’est demain", ed. Seghers, 2004

Bibliographie

La liberté des feuilles, Gallimard, 1964, réédition La Différence, 1990
Juste retour d’abîme, Gallimard, 1965
L’inespéré, Gallimard, 1969

Apologie

Jean-Philippe Salabreuil par Isabelle Levesque

Jean-Philippe Salabreuil fut reconnu de son vivant. Né Jean-Pierre Steinbach à Neuilly-sur-Seine, le 25 mai 1940, il connut une vie brève : il mit fin à ses jours à Paris le 27 février 1970... Lire la suite


Voir la fiche poéthèque d’Isabelle Lévesque