Jean-Paul Michel

Un chemin de livres.

1948, naissance en Corrèze. 1964, découverte de Rimbaud. 1966, découverte de Joyce. Condisciple de Pierre Bergounioux au Lycée Cabanis, à Brive, avec qui il conservera des relations d’amitié ininterrompues. Imprime Le Roi, de Mohammed Khaïr-Eddine, sur une presse à bras installée dans la maison familiale. André Breton, avec qui Jehan Mayoux lui a ménagé une rencontre à Saint-Cirq-Lapopie, voit en l’adolescent un « porteur du FEU ». 1966-1973, études de philosophie à Bordeaux. Rencontre de Jean-Marie Pontévia. Découverte de Hölderlin, Nietzsche, Bataille. Mai 1968, intense dépense physique. 1973, agrégation de philosophie. Découverte de Spinoza. 1975, s’ennuie dans l’enseignement. Premier « sacrifice » des poèmes rimbaldiens de l’adolescence : « C’est une grave erreur que d’avoir des ancêtres forbans ». Ce premier livre est remarqué par Roland Barthes, Michel Foucault. 1976, création des éditions William Blake & Co. Deuxième « sacrifice de langage » : Du Dépeçage comme de l’un des Beaux-Arts, salué par R. Barthes, M. Foucault, Jude Stéfan, G. Perros, J. Réda. 1981, découverte des Journaux de Baudelaire. Dépôt d’un projet de thèse auprès de l’Université de Strasbourg (Baudelaire dans la pensée). Rencontre à Strasbourg avec Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy à l’occasion de ce projet (abandonné par la suite pour se consacrer à l’écriture). Découverte des poèmes de Hopkins. Troisième sacrifice poétique : « Le Fils apprête, à la mort, son chant ». 1982-1986 publication posthume de trois volumes d’Écrits sur l’art et pensées détachées de Jean-Marie Pontévia, réimprimés et maintenus en lecture sans discontinuer depuis lors. 1986, rencontre de Denis Roche. 1988, Beau front pour une vilaine âme. 1992, un recueil d’articles critiques : « Autour d’Eux, la vie sacrée, dans sa fraîcheur émouvante ». Extrême admiration pour les fragments d’Ostinato publiés dans la Nouvelle Revue Française, découverts tardivement. Rencontre de Louis-René des Forêts. 1994, séjour Villa Waldberta, près de Münich, en août. 1996, Difficile conquête du calme, Joseph K. éditeur ; direction d’un important volume collectif publié pour les vingt ans de William Blake and Co. : « Nous avons voué notre vie à des signes ». 1997, Le plus réel est ce hasard, et ce feu – Cérémonies et sacrifices, poèmes 1976-1996, premier rassemblement des poèmes de JPM dans la Collection Poésie/Flammarion, à l’initiative d’Yves di Manno. 1999, Pour nous, la Loi (sur Hölderlin). De 1999 à 2007, publications régulières dans la Nouvelle revue française, dans laquelle Jacques Réda avait accueilli La Vérité jusqu’à la faute en 1995. 2000, rencontre d’Yves Bonnefoy, avec qui il gardera d’intenses relations de travail et d’amitié jusqu’à la fin de sa vie. 2001, nouveau recueil chez Flammarion : « Défends-toi, Beauté violente ! », Intimations et expériences. 2002, Bonté seconde, Coup de dés, important cahier collectif dirigé par Tristan Hordé, Joseph K. édit. ; Dans la surprise de voir, avec Alexandre Hollan. 2006, Le plus réel est ce hasard, et ce feu, édition nouvelle corrigée (Flammarion). 2007, La Vérité, jusqu’à la faute, Verticales, Paris. 2008, traduction de Le plus réel est ce hasard et ce feu en langue arabe, par Lahouari Ghazzali (Toubkal éditeur, Casablanca). 2009, Numéro monographique de la revue Le Préau des collines, Paris, dirigée par l’éditeur et peintre Jacques Le Scanff. Ce volume suscitera l’attention du poète et critique américain John Taylor, qui le présentera dans le Times Literary Supplement à Londres. 2010, édition nouvelle de «  Défends-toi, Beauté violente !  », chez Flammarion, à la suite d’un troisième recueil dans la Collection Poésie : « Je ne voudrais rien qui mente, dans un livre ». 2013, un volume d’Écrits sur la poésie parait dans la même collection. La même année, Michael Bishop, qui a rendu compte avec enthousiasme de « Défends-toi, Beauté violente ! » aux USA, et déjà traduit et publié plusieurs textes aux éditions VVV qu’il dirige à Halifax choisit, traduit en anglais et post présente quarante poèmes, qu’il publie en édition bilingue sous le titre : «  Quand on vient d’un monde d’Idées, la surprise est énorme ». 2014, La revue monographique Nu(e), publiée à Nice, consacre un numéro à JPM, dirigé par Matthieu Gosztola. 2015, Michael Bishop propose un Colloque à Cerisy, qu’il dirigera avec Matthieu Gosztola en juillet 2016, et dont les Actes paraissent en 2018 aux éditions des Classiques Garnier : (« JPM, la surprise de ce qui est »). Parution à Madrid d’une édition bilingue de « Défends-toi, Beauté violente ! », traduite par le poète chilien Antonio Alarcon, qui a présenté son travail de traducteur au colloque de Cerisy. Une importante anthologie (392p) parait dans la collection

« Présence de la poésie », présentée avec enthousiasme par Richard Blin, aux éditions des Vanneaux. Mai 2017, la revue Europe présente dans son n° de mai deux substantiels dossiers croisés consacrés à Pierre Bergounioux et à JPM. Un échange de correspondances de l’année 2012 entre les deux amis fait naître l’idée de la publication de leurs lettres retrouvées : Pierre Bergounioux / JPM, Correspondance, (1981-2017), aux éditions Verdier, en octobre 2018. Mars 2019, parution d’un volume de 350 p. de poèmes rassemblés dans la collection Poésie/Gallimard : “Défends-toi, Beauté violente !”, précédé de Le plus réel est ce hasard, et ce feu, éditions nouvelles, revues et corrigées, présentées par Richard Blin.

Texte de Jean-Paul Michel.

Bibliographie

Chez Éditions William Blake & Co

  • Ce que peut un beau visage, 2012.
  • Je lis Hölderlin comme on reçoit des coups, 2011.
  • Nos ennemis dessinent notre visage : Aveux et expiations, collection Littérature/Art, 2011.
  • Mohamed Khaïr-Eddine : (1941-1995), 2004.
  • "Les signes sont l’être de l’être", 2000.
  • "Nous avons voué notre vie à des signes", collectif, 1996. Meditatio italica, 1992.
  • "Autour d’Eux la vie sacrée, dans sa fraîcheur émouvante…", 1992.
  • "Dans la gloire d’être, ici, tenu, par le mal, droit…", 1991.
  • "Cette dignité bizarre est tout le mal…" (sur Hölderlin), 1991.
  • "Beau front pour une vilaine âme", 1988.
  • Loïc Le Groumellec, « Un commencement, dans l’art, est toujours un refus marqué », 1986.
  • Bernard Faucon, la part du calcul dans la grâce, 1985.
  • « Le Fils apprête, à la mort, son chant… », avec un frontispice d’Alexandre Delay, Bordeaux, 1981.
  • René Char, avec Francis Limérat, 1977.
  • Du dépeçage comme de l’un des beaux-arts, 1976.
  • C’est une grave erreur que d’avoir des ancêtres forbans, 1975.

Chez Éditions Flammarion

  • Écrits sur la poésie (1981-2012), 2013.
  • Je ne voudrais rien qui mente, dans un livre, 2010.
  • « Défends-toi, Beauté violente ! », collection Poésie/Flammarion, 2001.
  • Le plus réel est ce hasard, et ce feu, Cérémonies et Sacrifices (1976-1996), collection Poésie/Flammarion, 1997.

Chez d’autres éditeurs

  • L’art n’efface pas la perte. Il lui répond, Éditions Fario, 2016.
  • « Bonté seconde », Cahier dirigé par Tristan Hordé, Éditions Joseph K, 2002.
  • « Qui dira jamais ce que peuvent des signes » Tristan Hordé, Cahiers Jean-Marie Le Sidaner, n°12-13, Éditions Présages, 2001.
  • Le Corps certain, établie par Pascal Boulanger, Éditions Comp’act, 2001.
  • Pièces détachées, établie par Jean-Michel Espitallier, Éditions Pocket, 2000.
  • « Ô l’irréalité de chacun, dans l’irréalité générale ! », Éditions Le loup dans la Véranda, 1999.
  • « Le réel surgit selon ses qualités réelles - d’obstacle », Éditions Le loup dans la Véranda, 1999.
  • Tristan Hordé, « La panthère cherche le fouet. Le fouet la cherche. », n° 548, Éditions de La Nouvelle Revue Française, 1999.
  • « Pour nous, La Loi » (Sur Hölderlin), Éditions L’invention du Lecteur, 1999.
  • Henri Deluy, « Répondre au don par le don », Revue Action poétique, n°148-149, 1997, p.181.
  • Difficile conquête du calme, Éditions Joseph K, 1996.
  • La Politique mise à nu par ses célibataires même, Éditions Ludd, 1977, réédition 1995.
  • « La vérité, jusqu’à la faute », Éditions de La Nouvelle Revue Française, 1995.
  • Poésie du monde francophone, anthologie, établie par Christian Descamps, Éditions Castor Astral / Le Monde, 1986.
  • « Un radeau pour quelques solitudes violentes », Françoise Taliano, collection Impressions du Sud, n°7, Éditions Equinox, 1984.
  • Anthologie 80, Bilan et perspectives de la poésie Franco-Belge-Québécoise (Auteurs nés après 1930), Éditions Castor Astral, 1981.
  • La politique mise à nu par ses célibataires même / essai d’anatomie, vite / par quelque mauvaise-tête antiparti, Éditions L’Echiquier Marcel Duchamp, 1977.
  • L’année poétique 1976 : « C’est une grave d’erreur que d’avoir des ancêtres forbans », Éditions Seghers, 1977.
  • Anthologie de la Poésie Française depuis la guerre, anthologie, établie par Alain Bosquet, Éditions de La Différence, 1976.