Jean-Marc Barr


Le film propulse le jeune acteur qui devient l’idole de toute une génération. Afin de tempérer ce succès il reste à Londres, où il joue au théâtre avec Vanessa Redgrave dans La Descente d’Orphée de Tennessee Williams, mise en scène par Peter Hall. On le retrouve au cinéma en 1989 dans Le Brasier, d’Eric Barbier. En 1990, le réalisateur danois, Lars Von Trier lui offre le rôle principal de son film Europa. C’est le début d’une longue collaboration : Breaking The Waves (1996), Dancer In The Dark (2000), Dogville (2003), Manderlay (2005), Le Direktør (2006) et Nymphomaniac (2013).

En 1998, Jean-Marc Barr crée avec Pascal Arnold, la société de production Toloda pour laquelle ils écrivent et réalisent la trilogie The Free-trilogy, trois longs métrages consacrés à la liberté et à l’amour impossible : Lovers (1999), Too Much Flesh (2001) et Being Light (2003). Suivra une seconde trilogie sur la révolte sexuelle des adolescents : Chacun Sa Nuit (2006), American Translation (2011) et Chroniques sexuelles d’une famille d’aujourd’hui (2012). Depuis la fin des années 1990, Jean-Marc Barr a tourné pour de nombreux réalisateurs tels que Luis Puenzo, Nicole Garcia, James Ivory, Olivier Ducastel et Jacques Martineau, Arnaud des Pallières, Kim Nguyen, Paolo Franchi ou encore Annarita Zambrano…

À la télévision, de 2011 et 2016, il a incarné l’un des Deux flics sur les docks, série réalisée par Edwin Baily pour France 2.

Au printemps 2018 est sorti son deuxième film avec Semih Kaplanoglu, intitulé La particule humaine.