Jean Le Sidaner

(1947-1992)
Né en 1947, de parents bretons, Jean Le Sidaner vit à Charleville Mézières où il enseigne la philosophie. Poète mais également critique littéraire, il collabore à de nombreuses revues Esprit, NRF, Europe, il signe de nombreux textes sur Michel Butor, Jean Tardieu, Maurice Roche, Marguerite Yourcenar, des anthologies et des romans. D’une rare lucidité, sa poésie est "dislocation" du langage, à l’image de la société.

Extrait

L’amour comme un rire
Aux lèvres des passants
L’ivresse comme un livre
Qu’on referme après la peine
Ni les paroles Ni les amis
Ne peuvent l’effacer
Derrière une pluie habitée
Chaque lampe la regarde
Deux mains pour la pitié
Deux mains vers l’espace
Lancent des paroles
Dont le son n’a aucune sorte
D’importance
Deux mains pour habiter le monde
À travers les agonies de la pluie
Sur les tables des bistros où
L’homme tient une heure oubliée déjà
Entre ses lèvres.

extrait de "C’était hier et c’est demain", éd. Seghers, 2004

Bibliographie

Carnet de nuit, Engomer, Encres vives, cop. 1981
La Dislocation…, Encres vives, 1971
Justice immanente, le ramasseur d’ombres, Œuvres littéraires, éd. La Différence, 2000