Je voulais m’en aller mais je n’ai pas bougé

Auteur : Jean-Jacques Viton

On pourrait dire de ce nouveau livre de Jean-Jacques Viton, qu’il est composé d’arrêts sur des états de prélèvements, des restes de situations, des traces qui concernent aussi bien l’intime que le collectif, l’historique que le privé. Il s’agit de les juxtaposer, et de voir. De voir ce que ce genre de catalogue de pièces à conviction engendre en nous de colère ou de tristesse.

En voici quelques-unes :

un malaise – un racisme discret destructeur – un chargeur c’est une réserve de munitions – pour une arme on dit aussi un magasin – l’insoutenable vision du dépeçage – la banalité exténuante – la répétition des objets quotidiens – les attentats affichent leurs bilans comme les marques leurs points en Bourse – l’intime et l’environ – les pièges des contrôles de clandestins – les balises des massacres – le temps qui passe – des rapports opaques – les avertissements de la fatigue – le principe du tout droit – les riches heures de la torture – la ville qui pue – les marchandises de l’insécurité – les épidémies envahissantes – les fragments comme débuts – il reste un fond de sac – nettoyer le repos – comment s’en aller

Ce sont des textes brutaux, qui font entrer la violence dans des scènes « poétiques » et, par là, minent la poésie, la réhabilitent, tout aussi bien.

Paru le 1er janvier 2008

Éditeur : POL

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Poisson et Chat vont à la mer

Souvent, en levant les yeux
vers le ciel, ils s’interrogeaient
ensemble sur le monde.
Et un jour, ils décidèrent d’aller voir
d’où venait la mer,
loin au-delà des vagues.

Jean Grant, Poisson et Chat vont à la mer, Éditions Rue du Monde, 2021.