Je suis un pâle enfant du vieux Paris… de François Coppée

Je suis un pâle enfant du vieux Paris… de François Coppée

Le lecteur d’aujourd’hui connaît François Coppée surtout par le biais des constantes querelles littéraires qui l’opposaient aux grands poètes de son époques. Il est vrai que Rimbaud, Verlaine ou Charles Cros ne se privaient pas dans leurs vers de vilipender celui qu’ils considéraient comme un poète convenu et prosaïque.

Néanmoins, l’auteur des textes réunis dans cette anthologie était un observateur infatigable de ceux qu’il aimait à appeler "les petites gens" et son œuvre reflète, avec talent, un certaine vérité poétique de la vie quotidienne d’un XIXième siècle que nous ne connaissons, finalement, pas si bien que ça…

Paru le 1er novembre 2010

Éditeur : Le Temps des cerises

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.