Jacques Prevel ou la dérive vers l’absolu

Auteur : Jacques Prével

aucun terme autre que "poète maudit" ne saurait mieux qualifier Jacques Prével (1915- 1951), héritier de Ruteboeuf, Villon, Baudelaire et Corbière.

Comme eux, il a connu une existence chaotique, faite d’errance, de pauvreté et de maladie. sa vie fut une folle recherche d’un absolu qu’il a tenté d’atteindre par l’écriture. Consumé par un feu intérieur et rongé par une tuberculose pulmonaire, il s’est éteint à trente-six ans, usé prématurément par les exigences qu’imposait une telle recherche.

Paru le 1er novembre 2001

Éditeur : L’Officine

Genre de la parution : Biographie

Poème
de l’instant

Le Chant du métèque

Vous ne saurez jamais ma soif mon angoisse
des visages douloureux, des nébuleuses obscures,
des sourires lumineux, des carrefours tordus,
du temps qui naît, du temps qui meurt,
des fenêtres closes, des tombes étales
sous le baiser humide du ciel.

Jean Malaquais, « Le Chant du métèque », Revue Caravanes 7, Éditions Phébus, 2001.