Jacques Moreau du Mans

(1924-1998)
Né en 1924 à La Flèche, Jacques Moreau commence ses études à Angers, au Mans et enfin à Paris. Il devient conseiller psychologique dans le cadre de l’Education nationale. Soutenu par Pierre Seghers, il publie ses premiers poèmes sous le nom de Moreau du Mans. Il rencontre Pierre Boujut qui l’accueille chaleureusement au sein du cercle de La Tour de feu. Mais il reste relativement éloigné du monde des lettres. Il compose ses poèmes avec l’art d’un trouvère, recréant le présent à la lumière des anciennes légendes, à l’écoute des chants et cantilènes d’un autre âge. Attaché à la rime, il abandonne le vers régulier et tend à une forme de plus en plus elliptique.

Extrait

Un ciel vagabond pour emblème
je quête l’aventure tressée
dans le contrepoint des saisons
J’y recueille le tumulte
du raisin bleu l’haleine
d’une rivière en haillons
l’aube qui s’élabore
avec des buissons d’oiseaux dans la gorge
J’ouvre alors un soleil
tendre à l’alchimie des lilas
à la nuit guerrière dont témoigne
le fracas d’une rose extasiée

extrait de "C’était hier et c’est demain", éd ; Seghers, 2004

Bibliographie

Maquillages pour un astre, Seghers, 1953
La fleur et le couteau, Tour De Feu, 1965
Poèmes pour une mort tranquille, la Nouvelle Tour de Feu, 1982
Paroles figuratives pour le Grand Norge, Guy Chambelland, 1984