Jacques Lacarrière, le sacré bricolage de l’esprit

Auteur : Jacques Lacarrière

Jacques Lacarrière, le sacré bricolage de l'esprit

Collection Jean-Michel Place/ Poésie

« Pour suivre un chemin de connaissance, il faut sortir de sa terre natale. »
C’est sur ce chemin, à la rencontre de Jacques Lacarrière, que nous conduit Luis Mizón, poète chilien vivant à Paris.
La première partie du livre invite à découvrir ce marcheur infatigable, amoureux de la Grèce et de la Bourgogne, amateur de vin et de petits bonheurs.
L’anthologie qui suit est une « errance selon une carte dessinée par l’écho ». Luis Mizón propose au lecteur différents chemins pour aller à la rencontre de l’ami, de l’écrivain : celui des lieux, qui va de la Sologne à Sacy en passant par Athos et Alexandrie ; le chemin parallèle de la poésie, qui passe par le silence et la parole ; le chemin de l’écho qui se faufile entre l’Histoire, les mythes et les légendes et enfin le chemin de la poésie du regard, qui embrasse, outre l’initiation à la vie quotidienne, l’immense et le minuscule, et se termine, naturellement, par l’errance.

Paru le 1er mars 2004

Éditeur : Jean-Michel Place

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Treizième poésie verticale

Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais beaucoup de choses se sont faites en moi.

Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.

Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance.

Roberto Juarroz, Treizième poésie verticale, traduit de l’argentin par Roger Munier, Librairie José Corti, 1993.