J’ai un visage pour être aimé

Auteur : Paul Éluard

J'ai un visage pour être aimé

Choix de poèmes 1914-1951
Préface d’André Velter

Paul Éluard aimait lire les poètes. Il affirmait que la plus belle anthologie est celle que l’on compose pour soi, et il a réalisé en ce domaine l’une des plus toniques et surprenantes exploration de la poésie française à travers les siècles. En ce qui concerne son oeuvre personnelle, il a également, à plusieurs reprises, proposé des choix par lesquels il entendait suggérer un parcours allant de recueil en recueil et qui révélait à l’évidence l’unité foncière de sa démarche, la permanence de sa voix. C’est l’ultime recension voulue par Éluard lui-même, peu de temps avant sa mort, qui se trouve ici rassemblée, avec pour titre l’un des vers où il apparaît en poète de l’appel, de l’offrande, en poète qui veut l’accueil, l’écoute, l’harmonie et l’amour. Tous les chemins suivis, toutes les émotions, tous les désirs, toutes les solidarités, tous les engagements tissent non pas un labyrinthe mais une échappée fragile et lumineuse, une quête sans cesse alertée, qui ne refuse pas les combats du monde tout en préservant une grâce singulière, une magie douce, une inapaisable tendresse. Avec cette anthologie, c’est toute la poésie d’Éluard qui se donne en partage. En elle, à toutes les pages, se lèvent un chant, une merveille, un visage qui savent se faire aimer.

Paru le 1er mars 2009

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lettres à Sophie Volland

10 juillet 1759,

J’écris sans voir. Je suis venu ; je voulais vous baiser la main et m’en retourner. Je m’en retournerai sans cette récompense ; mais ne serai-je pas assez récompensé si je vous ai montré combien je vous aime ? Il est neuf heures, je vous écris que je vous aime. Je veux du moins vous l’écrire ; mais je ne sais si la plume se prête à mon désir. Ne viendrez-vous point pour que je vous le dise et que je m’enfuie ?

Adieu, ma Sophie, bonsoir ; votre cœur ne vous dit donc pas que je suis ici ? Voilà la première fois que j’écris dans les ténèbres : cette situation devrait m’inspirer des choses bien tendres. Je n’en éprouve qu’une : je ne saurais sortir d’ici. L’espoir de vous voir un moment m’y retient, et j’y continue de vous parler, sans savoir si j’y forme des caractères. Partout où il n’y aura rien, lisez que je vous aime.

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland.