Isabelle Lévesque

Isabelle Lévesque écrit et lit des poèmes. Elle photographie beaucoup les fleurs aussi (nette prédilection pour le coquelicot).
Elle a été membre du comité de rédaction de la revue Diérèse (du numéro 52 au 64) dont elle a codirigé les numéros spéciaux sur Thierry Metz, figure tutélaire pour elle en poésie, Gérard Titus-Carmel et Nicolas Dieterlé en particulier. Elle écrit des articles et notes de lecture pour plusieurs revues.
Elle aime travailler avec les peintres et réaliser des livres d’artistes (Jean-Gilles Badaire, Gaetano Persechini, Christian Gardair et Colette Deblé). Elle a participé à de nombreuses lectures pour présenter des poètes, comme Pierre Dhainaut pour un entretien à la Halle saint Pierre ou Thierry Metz à plusieurs reprises, à Metz, à Charleville Mézières ou à la brasserie Lipp à Paris. Elle participe aussi à des lectures pour faire entendre ses propres poèmes.
Elle est née en Normandie, près d’un château millénaire dont il subsiste la tour et des fragments du mur d’enceinte. On le voit s’élever en s’approchant des Andelys. Ces ruines et les encres de son père ont guidé l’écriture d’Ossature du silence (préface de Pierre Dhainaut – Les Deux-Siciles, 2012). Ce que fut ce château, difficile de le deviner tant ce qu’il est devenu a imprégné sa mémoire. Ses murs de calcaire gardent des fossiles, des histoires – des poèmes. Elle vit ce lieu comme le point d’origine de l’écriture, un point fragile que les fleurs vivifient ; la craie friable des falaises guide son écriture. Des rêves floraux sont nés : Or et le jour (Anthologie Triages, Tarabuste, 2011), Un peu de ciel ou de matin (postface de Pierre Dhainaut – Les Deux-Siciles, 2013) et Va-tout (éditions des Vanneaux, 2013). Ce qui unit ces perceptions minérale et florale, c’est aimer. Aimer entre toujours dans « écrire ». Ravin des nuits que tout bouscule, paru en 2014 aux éditions Henry, en témoigne comme Nous le temps l’oubli qui vient de paraître en 2015 aux éditions L’Herbe qui tremble.

Extrait

EXTRAIT

Silence exacerbé du soir.

Menu se fait. Précipite et songe.
Ride, pli vivant, creuse.
Suite ardente où l’eau,
sa semence. Tu sinues
insensiblement.

Appose. Tu tords cire et rouge
contre nuit. Les mots. Tu ôtes le sceau, la cire
fond. Tu confonds minuit. Rien n’est
consommé. Ta peau rumine à corps se rue, je suis
là.

Ton attente fracasse ce qui mourait.
Incongru : l’ombre doublant la nuit.
Folle arche nouée du présent. Passé
assiégé, château, fossé,
huile brûlante et l’assaillant du soir. Son râle
et gît. Nous sommes.
Une flamme invente le feu – nuit des temps

brisée.

Bibliographie

Recueils

  • Nous le temps l’oubli, peintures de Christian Gardair, Éditions l’herbe qui tremble, 2015.
  • Ravin des nuits que tout bouscule, préface de Pierre Dhainaut – Prix des trouvères 2013, Éditions Henry, 2014.
  • Un peu de ciel ou de matin, postface de Pierre Dhainaut, peintures et dessins de Jean-Gilles Badaire, Éditions Les Deux-Siciles, 2013.
  • Va-tout, Éditions Les Vanneaux, 2013.
  • Ossature du silence, préface de Pierre Dhainaut, encres de Claude Lévesque, Éditions Les Deux-Siciles, 2012.
  • Or et le jour, dans Anthologie Triages, Éditions Tarabuste, 2011.
  • Ultime Amer, Rafael de Surtis, 2011.
  • Terre !, Éditions de l’Atlantique, 2011.
  • D’ici le soir, Encres Vives, 2010.
  • La Reverdie, Encres Vives, 2010.
  • Trop l’hiver, Encres Vives, n° 394, 2010.

En italien (livres d’artiste) :

  • Le tue braccia saranno (Tes bras seront), poèmes inédits traduits en italien par Marco Rota, Edizioni Il ragazzo innocuo, 2015.
  • Neve, photographies de Raffaele Bonuomo, traduction de Marco Rota, Edizioni Quaderni di Orfeo, 2013.

Livres peints :

Avec Gaetano Persechini (http://gaetanopersechini.wix.com/gaetanopersechini# !livres-peints/c1flt) :

  • Laisse, 2015.
  • Selon lumière, 2015.
  • Quel monde retranché, 2015.
  • Le sort dépend, 2015.

http://www.terreaciel.net/Naissance-d-un-livre-peint#.VpduJFJ_sn4

Avec Colette Deblé, en 2015 :

  • Les pétales accrochés, 2015.
  • Fleurs coupées, 2015.
  • Liesse, 2015.
  • Fuit-elle, 2015.
  • Belle, 2015.