Inventaire/Invention

Contact

211, avenue Jean-Jaurès

75019

Paris

S'il tranche

1er novembre 2008

S’il tranche

[…mais esprit n’est pas lame
s’il tranche (ne soumet
ni ne parade), c’est dans l’opacité
pour que souffle -s’il peut-
le vent de la pensée…]

De ça de Vladimir Maïakovski

1er septembre 2008

De ça de Vladimir Maïakovski

HENRI DELUY
L’adresse à Vladimir
Ouverture, traduction et notes Henri Deluy
Moscou, sur le chemin du transsibérien, avec Liliane et Jean-Jacques. À nouveau le musée qui occupe ta maison, Vladimir, à nouveau, la force du futurisme.
Ses typographies, ses mots défaits, l’orgueil passionné de la construction verbale, l’univers éperdu du néologisme et de ses gammes chromatiques, de la création à tout va, de l’emprunt, du détournement, de la dérision, de la composition par mots-valises, des faux anagrammes, (…)

Tiphasme est phasme

1er décembre 2007

Tiphasme est phasme

[Ici, c’est chez mon phasme. Mon cher phasme. Vous pouvez venir il est là. Il bosse. Il est dans sa langue en train de bosser et c’est ici. C’est ici sa langue qui bosse, faites pas attention au déluge. C’est l’antre du bossage. C’est la langue phasme en plein bordel. Faites pas attention. Ou plutôt si. Faites attention en entrant. Car dès l’entrée vous verrez le phasme en action vu de l’intérieur. Et moi je suis dedans aussi, je suis à l’intérieur de mon phasme, je vis avec. Je couche avec sa parole, (…)

Mes bien-aimé(e)s

1er avril 2007

Mes bien-aimé(e)s

Textes de Liliane Giraudon et dessins de Christophe Chemin
"La naissance d’Emily Dickinson un an avant la publication des poèmes d’Edgar Poe. La naissance d’Emily Dickinson un 10 décembre. Nous sommes en 1830 (la conquête de l’Ouest vient de pousser les Indiens au-delà du Mississippi). Emily Dickinson et son frère. Le frère d’Emily Dickinson. Emily Dickinson écrivant à son frère : « Qu’est-ce qui nous rend si différents des autres ? » Les yeux d’Emily Dickinson. Les yeux d’Emily Dickinson « comme le (…)

Cuba Cola

1er octobre 2006

Cuba Cola

L’histoire, la raison, la vérité doivent-elles toujours être celles des vainqueurs,
la loi du plus fort est-elle la loi humaine ?
Alors je me dis :
par rapport à et selon cette seule question, puis-je encore écrire ?
Faire de la poésie ?
Essayer de changer le monde pour un futur alors que le hui est cette déplorable catastrophe ?

Le syndrome de Paris de Philippe Adam

1er septembre 2005

Le syndrome de Paris de Philippe Adam

[Vous êtes à Paris, c’est tout. / Vous avez de la chance. / Profitez-en. / Vous n’êtes pas en mission spéciale. / Vous n’avez pas le grand bouddha de Kamakura sur les bras. / Vous pensez trop. / On ne vous a pas demandé d’imiter la Joconde. / On ne vous a pas demandé de la peindre. / On ne vous a rien demandé. / Rien. / Vous êtes venue ici. / Vous y êtes. / C’est tout. ]
Philippe Adam est l’auteur de De beaux restes, de La Société des amis de Clémence Picot et de Canal Tamagawa parus aux éditions (…)

Tokyo infra-ordinaire

1er septembre 2005

Tokyo infra-ordinaire

Nouvelle édition augmentée
[ Ainsi ce jour-là, jour de pluie, en ce trajet-là, je reste ferme, point fixe autour duquel circule la foule qui vaque. Et voilà que je vois, avec surprise, voleter un insecte ; un insecte, ça volète ; il hésite, virevolte, va par-ci, va par-là, reva par-ci, reva par-là, puis tout à coup se décide, vient droit sur moi et se pose sur mon épaule (gauche) (je m’interroge
du coin de l’œil du souvenir et c’est bien l’épaule gauche). J’ai le temps de reconnaître une coccinelle. Elle (…)

Panorama de la poésie contemporaine CD-ROM PANOPTIC

1er décembre 2004

Panorama de la poésie contemporaine CD-ROM PANOPTIC

CD-ROM PANOPTIC
un panorama
de la poésie contemporaine
Collectif
Pierre Alferi
Jean-Philippe Cazier
Suzanne Doppelt
Antoine Emaz
Jean-Michel Espitallier
Christophe Fiat
Jérôme Game
Albane Gellé
Nathalie Quintane

Quelques

1er mai 2004

Quelques

"Les mouvements d’ascenceur depuis vingt ans que ça dure, les coeurs à l’intérieur, est-ce qu’ils s’écoutent battre, au lieu de quel sale temps vraiment alors"
Albane Gellé

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.