In Memoriam de Lionel Destremau

In Memoriam de Lionel Destremau

C’est par ses blessures que Lionel Destremau fait sentir cette respiration infime et vaste où il bougeait, où nous bougions dans l’enfance. Un corps d’enfance par où le monde entrait et sortait ; où tristesse et incandescence formaient nos poumons - cette circulation interne. Cette respiration que Lionel Destremau agite dans In Memoriam à chaque bout de phrase comme effraction, difficulté à franchir le pas, prendre son envol. Et l’on dégringole et rebondit comme sautant d’un arbre, d’un mur. Ecorchures au genou, la marque à jamais d’une rencontre. Une marque sensible qui redit le monde, tout ce qui le compose.
J.L Giovannoni (extrait de la préface)

Paru le 1er janvier 2006

Éditeur : L’Amourier

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Anna Akhmatova

Poèmes

Au seuil du printemps, il est certains jours
Où la prairie se repose sous la neige dense,
Où les arbres font un bruit gai et sec,
Où le vent tiède est tendre et moelleux,
Où le corps s’étonne de sa légèreté,
Où l’on ne reconnaît plus sa maison,
Où la chanson qui déjà lassait
On la chante avec émoi, comme neuve.

Printemps 1915
Slepnévo

Anna Akhmatova, Poèmes, traduit du russe par Claude Frioux, Éditions Librairie du Globe, 1993.