Ibolya Virag

Maison d’édition spécialisée dans la littérature d’Europe centrale et orientale

Contact
virageditions@hotmail.com

Contact

28 avenue de la Porte de Choisy

75013

Paris

Comme un échiquier fermé de Marko Bela

1er novembre 2001

Comme un échiquier fermé de Marko Bela

poème straduits du hongrois par L. Gaspar et S. Clair, choix établi par J. Lackfi. Poète d’expression hongroise de Transylvanie (Roumanie) né en 1951, une grande figure de la poésie contemporaine. Rédacteur en chef de la revue "Lato", depuis la chute du Mur il participe également à la vie politique de son pays.

Dix-neufs poèmes de Sandor Weöres

1er novembre 2001

Dix-neufs poèmes de Sandor Weöres

traduits du hongrois par L. Gaspar, B. Noël, I. Virag. Réédition d’un recueil paru en 1984 chez l’Alphée.
Weöres (1913-1988) est l’un des plus importants poètes hongrois de tous les temps. Poètes virtuose, véritable Protée, il a profondément marqué les générations suivantes.

Or brûlant d'Otto Tolnai

1er décembre 1999

Or brûlant d’Otto Tolnai

Poèmes traduits du hongrois par L. Gaspar et S. Clair, choix établi par J. Lackfi, préface du chorégraphe Josef Nadj. Poète d’expression hongroise de Voïvodine (Serbie) né en 1940. Il est l’un des poètes les plus importants à l’heure actuelle. Il transfigure le quotidien d’une manière moderne et grotesque, signalant en même temps sa méfiance envers le processus de l’écriture.

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.