Hervé Guibert : Lecture et entretien

Constitué de lectures et d’entretiens inédits, chaque document, issu d’une lecture et d’une rencontre avec le public, sera enrichi de textes et de photographies présentés dans un livret.
Parce que la poésie s’écoute également et qu’elle dialogue depuis toujours avec d’autres formes d’expressions artistiques (sons, voix…), cette collection donnera à entendre les moments forts de quelques années décisives dans la création contemporaine.

Hervé Guibert (1955-1991) écrivain, photographe et critique est venu au capcMusée d’art contemporain, à Bordeaux, le 30 mai 1986, présenter l’ouvrage Mes parents (éd. Gallimard). Issu de cette soirée, un enregistrement unique et inédit de l’écrivain lisant ses textes (suivi d’un entretien avec Jean-Marie Planes) a été édité dans la collection sonore (Le bleu du ciel), inaugurée en décembre 2004.

Paru le 1er décembre 2004

Éditeur : Le Bleu du ciel

Genre de la parution : CD

Poème
de l’instant

Lettres à Sophie Volland

10 juillet 1759,

J’écris sans voir. Je suis venu ; je voulais vous baiser la main et m’en retourner. Je m’en retournerai sans cette récompense ; mais ne serai-je pas assez récompensé si je vous ai montré combien je vous aime ? Il est neuf heures, je vous écris que je vous aime. Je veux du moins vous l’écrire ; mais je ne sais si la plume se prête à mon désir. Ne viendrez-vous point pour que je vous le dise et que je m’enfuie ?

Adieu, ma Sophie, bonsoir ; votre cœur ne vous dit donc pas que je suis ici ? Voilà la première fois que j’écris dans les ténèbres : cette situation devrait m’inspirer des choses bien tendres. Je n’en éprouve qu’une : je ne saurais sortir d’ici. L’espoir de vous voir un moment m’y retient, et j’y continue de vous parler, sans savoir si j’y forme des caractères. Partout où il n’y aura rien, lisez que je vous aime.

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland.