Henry

Contact

Parc d’activités de Campigneulles-les-Petites

62170

Montreuil

L'Entaille et la Couture d'Estelle Fenzy

1er octobre 2016

L’Entaille et la Couture d’Estelle Fenzy

"La première fois un oiseau
a battu des ailes dans mon ventre
a disparu longtemps
Il a fallu des années - toute une enfance
pour le présent de ton visage
Le temps a écarté ses mâchoires
Tu as fait feu de ton bois
dans ma maison"

Dans le ventre de l'Ange et autres cachettes

1er septembre 2016

Dans le ventre de l’Ange et autres cachettes

Par le hublot passe le monde.
Des graffitis d’amour et de solitude sur les piles du pont
Un ballon d’enfant bleu qui flotte à l’arrière des usines

Comme un blues pour Blaise

1er juin 2016

Comme un blues pour Blaise

Qu’en est-il des jardins aimés, des poètes lus,
des musiciens écoutés,
qu’en est-il du blues ?
Les morts sont morts, et ils nous habitent
sans fin chaque jour.
*
Vignette de couverture : Isabelle Clement

Périple du silence et autres signes agencés dans l'aube de Gilles Cherbut

1er juin 2016

Périple du silence et autres signes agencés dans l’aube de Gilles Cherbut

Gilles Cherbut est un amoureux du langage. Comme le maître-artisan travaillant sans relâche son matériau, il assemble, cisèle, polit les mots pour en faire surgit l’image poétique qui trouvera sa résonance au cœur de la sensibilité du lecteur. Car la poésie de Gilles Cherbut est une poésie de l’émotion et des sens. Une poésie chatoyante, musicale, tactile, qui s’incarne dans des vers évocateurs d’horizons perdus, d’infimes instants fugaces, de mythes oubliés et questionne notre âme sur ces signes agencés (…)

Mozart s'est échappé

1er mai 2016

Mozart s’est échappé

Voici une poésie qui va vite, qui vise juste et qui, évoquant les urgences du présent, retrouve l’intemporel ; poésie de combat, sans doute : il y a du Juvénal, du jongleur et de la sotie dans cette espèce de slam, mais si le poète vitupère souvent, c’est au nom de la vie. Un régal.
JLB

L'enfance en bas des marches de Bernard Bourel

1er mars 2016

L’enfance en bas des marches de Bernard Bourel

Prix Simone de Carfort de la Fondation de France
Même avec l’âge une vie continue de mesurer le don qu’elle a reçu de l’enfance, celui de l’amour. ce serait le renier, ce serait en raturer le sens que de croire que la mort, seule, nous attend en bas des merches et qu’elle aura le dernier mot.
Extrait de la préface de Pierre Dhainaut

Furet de Clara Regy

1er mars 2016

Furet de Clara Regy

Prix des Trouvères 2015, Grand Prix des Poésie de la Ville du Touquet
Clara Regy, poète à la palette vive, sait nous restituer par fragments d’une bouleversante et saisissante crudité ces scènes qu’elle gardait au fond de sa mémoire. L’enfant qu’elle a été fait revivre ainsi la vieille femme, grand-mère ou grand-tante, - on ne sait, la mère étant absente - qui décrochait son gilet et disait vingt hectares notre distance, tan,dis que l’enfant de huit ans furet prisonnier dans sa boîte - triste - regardait (…)

Poètes

1er octobre 2015

Poètes

Lire un poème, c’est comme une rencontre inattendue, aller vers cet autre différent, à la fois étranger et pourtant semblable.
vignette de couverture : Isabelle Clement

J'avais quelques chose d'urgent à me dire

1er octobre 2015

J’avais quelques chose d’urgent à me dire

Je suis monté chez moi.
J’ai sonné.
Personne.
J’étais sorti.

Elle parle avec le chat d'Arlette Chaumorcel

1er octobre 2015

Elle parle avec le chat d’Arlette Chaumorcel

sur le fauteuil
la veste déshabillée
de l’homme
*
vignette de couverture : Talou

Poème
de l’instant

Marie de France

Lais

Tous deux comme est le chèvrefeuille
qui grimpe autour du coudrier ;
sitôt qu’ils se tiennent enlacés
il n’est plus de tronc ni de feuilles,
et peuvent alors vivre à jamais.
Mais si l’on veut les séparer,
du coudrier c’en est fini,
soudain du chèvrefeuille aussi.
« Belle amie, ainsi va de nous :
ni vous sans moi, ni moi sans vous ! »

Marie de France, Lais, "Le Lai du Chèvrefeuille", Traduction inédite du Printemps des Poètes.