Henry des Abbayes

Petit éloge de la lumière nature

1er février 2017

Petit éloge de la lumière nature

Eloge de l’automne
Mes pieds froissent l’or
Je suis le roi du monde
Je ne m’en vante pas
Mon capital de feuilles mortes
Est la matière vivante
Qui chante et danse
Sans gravité et non pas sans gloire
Je me dandine tel le rehaut
De la divine couleur
Illustrations de Serge Bouvier

Poème
de l’instant

Anise Koltz

Le porteur d’ombre

Et si mon poème n’était qu’un visa
pour un pays lointain
une facture impayée
un compte à découvert

Anise Koltz, Le porteur d’ombre, Éditions Phi, 2001.