Henri Thomas

(1912-1933)
Né en 1912 à Anglemont dans les Vosges. Il est traducteur de Jünger et de Stifter et vit pendant dix ans à Londres comme employé de la B.B.C. et deux ans aux États-Unis où il donne des cours de littérature à l’université Brandeis. En 1992, il reçoit le grand prix de la Société des Gens de Lettres pour l’ensemble de son œuvre.
Poète, romancier, nouvelliste et essayiste.

Extrait

"La poésie est sève pure,
le poème, déchirure"

Bibliographie

Son oeuvre est publiée aux éditions Gallimard dans la collection blanche et parfois réédité dans la collection folio.

Poésie
Signe de vie, 1944
Le monde absent, 1947
Nul désordre, 1950
Poésies, 1970, préface de Jacques Brenner, 256 pages sous couv. ill.
Quoi tu penses, 1980
Joueur surpris, 1982
Trézeaux, 1989
Les maisons brûlées, 1994

Romans
Le seau à charbon, 1940
Le précepteur, 1942
La vie ensemble, 1945
Les déserteurs, 1951
La nuit de Londres, 1956
La dernière année, 1960
John Perkins suivi d’Un scrupule, 1960
Le promontoire, 1961
Le parjure, 1964
La relique, 1969
Le croc des chifforniers, 1985
Une saison volée, 1986
Un détour par la vie, 1988
Le gouvernement provisoire, 1989
Le goût de l’éternel, 1990
Ai-je une patrie, 1991

Essais
La chasse aux trésors, 1961
Tristan le dépossédé. Tristan Corbière, 1972