Hélène Cadou

Née en 1922, Hélène Cadou a attendu près de 50 ans pour nous livrer ses souvenirs. Son mari, René Guy Cadou souhaitait qu’elle tienne un journal. Elle ne l’a jamais fait, sachant que les années étaient comptées. Le livre qu’elle nous donne aujourd’hui est bouleversant. A travers une écriture lumineuse, elle retrace que fut leur vie à Louisfert de 1946 à 1951, avec ce bonheur tout neuf qui s’assombrit peu à peu au fil de la maladie. La mort survient dans la chambre « à l’avant du navire » le 21 mars 1951. Elle est décédée le 21 juin 2014.

La demeure du poète, où « celui qui rentre par hasard » est toujours le bienvenu, qu’il soit facteur, amoulageur ou écrivain, est au centre du récit. Les amis (qu’Hélène nomme par leurs initiales) débarquent dans la maison d’école, où chaque soir à cinq heures l’instituteur en enlevant sa blouse, redécouvre sa « table à poèmes » comme le menuisier retrouve son établi.

Hélène Cadou écrit avec pudeur et retenue. Les mots choisis avec soin tissent dans la joie et la douleur les fils du récit.

Les ouvrages précédents d’Hélène Cadou sont des recueils de poèmes. Celui-ci C’était hier et c’est demain est son premier livre en prose. La limpidité du style, l’émotion toujours contenue, en font un livre d’une grande beauté. De plus, pour les castelbriantais, c’est tout un monde aboli qui renaît, les jours gris de l’Occupation avec le souvenir des 27 Otages croisés par le poète un mercredi d’octobre, les feuilles de papier achetées dans la Grand Rue, le bistrot des Terrasses, et l’ancien hôpital…

Extrait

Le Temps réconcilié

1.

Entre deux toits
Le bleu
Comme un appel de colombe

La lucarne

Seul regard
Pour toute une vie

Qui rêve de sa vacance

2.

C’était une demeure
D’ici et maintenant

Bousculée par le ciel
Et les erreurs
Du vent

Qui emportait
Nos rêves
Avec fruits et moissons

Qui emportait
Nos rêves
Avec fruits et moissons

C’était une demeure
Du ciel sans frontières

Les murs étaient d’ici
Le ciel était chez lui

Nous y vivions le jour
Connaissions le mot fin

Le temps réconcilié
A sa per te éternelle.

in De la poussière et de la grâce, Rougerie, 2000

Bibliographie

Poésie

  • Le bonheur du jour suivi de Cantate des nuits intérieures, Editions Bruno Doucey, 2012
  • Le Prince des Lisières, Rougerie, 2007
  • Si nous allions vers les plages, Rougerie, 2003
  • Une vie entière : René Guy Cadou, la mort, la poésie , Éd. du Rocher, 2003
  • C’était hier et c’est demain, Préface de Philippe Delerm, Editions du Rocher, 2000
  • De la poussière et de la grâce, Rougerie, 2000
  • Le livre perdu, Rougerie, 1997
  • Le pays blanc d’Hélène Cadou, Guérande, C. Renaut, 1992, Pornichet, J.-M. Pierre, 1996
  • La demeure de René Guy Cadou, Association de gestion de la Demeure de René Guy Cadou, 1994
  • L’instant du givre, Châteauroux, R. Bonargent, 1993
  • La mémoire de l’eau, Rougerie, 1993
  • Demeures, Rougerie, 1989
  • Mise à jour, Librairie Bleue, 1989
  • Poèmes du temps retrouvé, Rougerie, 1985
  • En ce visage, l’avenir, J. Brémond, 1977, 1984
  • L’Innominée, J. Brémond, 1983
  • Le Jour donne le signal, Caen, Les Cahiers du Val Saint-Père, 1981
  • Miroirs sans mémoire, Rougerie, 1979
  • Apologie

    Hélène Cadou par Nicole et G. Drano

    "Il manque à sa place
    Et nul ne peut le voir
    Même en pleine lumière"
    Ces vers d’Hélène Cadou extraits de « Si nous allions à la plage » (Rougerie) nous reviennent en mémoire ; Lire la suite

    Voir les fiches poéthèque de Nicole Drano-Stamberg et de Georges Drano

    Hélène Cadou par Maylise Leroux 
    De tous les poètes que j’ai eu le bonheur de rencontrer depuis quarante ans, Hélène Cadou est certainement l’une des personnes qui m’a le plus impressionnée…

    Lire l’apologie