Haïku du XXe siècle

Haïku du XX<sup>e</sup> siècle

Le poème court japonais d’aujourd’hui.
Édition et traduction du japonais par Corinne Atlan et Zéno Bianu

La présente anthologie propose d’explorer sous toutes ses facettes le renouveau du haiku dans le Japon d’aujourd’hui.
Depuis la fracture d’Hiroshima, le haiku se nourrit du désordre des paysages urbains, exploite des gisements inattendus, ausculte l’accélération de l’histoire tout en gardant vivaces la saisissante simplicité et l’exigence d’expression absolue qui le fondent. Renaissant littéralement de ses cendres après le cataclysme, il trouve un nouveau souffle, cherchant un juste contrepoint au kaléidoscope du siècle.
En effet, et ce n’est pas là le moindre de ses paradoxes, la forme poétique la plus courte du monde, née sous l’égide de Bashô il y a quelque trois cents ans, semble résonner au mieux avec la sensibilité contemporaine, laquelle privilégie, on le sait, une esthétique de l’instantané.
Les 456 poèmes rassemblés dans cette anthologie témoignent d’un exceptionnel foisonnement. Invitation à tous les voyages, irruption de voix singulières qui tentent une fusion passionnante entre l’extrême modernité et le plus ancien passé. Dispositif d’émerveillement, tremplin de méditation, expérience de vérité, le haiku est plus proche que jamais de la fameuse injonction rimbaldienne : « fixer des vertiges ».

Paru le 1er décembre 2007

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.