Habiter poétiquement le monde

Habiter poétiquement le monde

POESIS réunit dans une anthologie-manifeste plus de cent auteurs qui rappellent la nécessité d’« Habiter poétiquement le monde ». Cette expression, empruntée à un célèbre vers du poète allemand Hölderlin, n’a jamais cessé depuis deux cents ans d’être citée ou commentée par des écrivains, des poètes et des philosophes de tous les pays.
Les textes sont regroupés en cinq périodes : – Le monde romantique avec Schlegel, Hölderlin, Novalis, Keats, Shelley, Wordsworth, Leopardi, Hugo, Lamartine… – Le monde post-romantique avec Emerson, Whitman, Poe, Baudelaire, Rimbaud… – Le monde de la modernité avec Apollinaire, Yeats, Rilke… – Le monde du renouveau avec Breton, Reverdy, Jouve… – Le monde contemporain avec Deguy, Bonnefoy, Jaccottet, White, Cheng, Bobin… mais aussi des personnalités issues d’autres disciplines, tels le sociologue Edgar Morin, l’astrophysicien Hubert Reeves et l’agriculteur-biologiste Pierre Rabhi, sont également représentées.
Les extraits sont choisis dans leur oeuvre, mais aussi dans des documents moins connus, des lettres, des discours, des articles de presse ou des préfaces, révélateurs de leur engagement poétique.
Cette anthologie est le manifeste des éditions Poesis : elle propose une éthique essentielle pour habiter le monde poétiquement, humainement et écologiquement, aujourd’hui plus que jamais.

Paru le 1er mars 2016

Éditeur : Poesis

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.