HORS CADRE / POÈMES

Auteur : Matthias Vincenot

HORS CADRE / POÈMES

DITS PAR L’AUTEUR AVEC ETIENNE CHAMPOLION & ENSEMBLE DÉCOUVRIR

Les musiciens

Etienne Champollion : piano, clavecin, rhodes, toy-piano, vibraphone, glockenspiel, accordéon, mélodica, gong.

L’Ensemble DécOUVRIR :
Louis Théveniau : clarinette, clarinette basse
Vincent Imbert : premier violon
Benjamin Cloutour : second violon
Florian Texier : alto
Louise Harrault : violoncelle
Elisabeth Callot et Christophe Devillers : contrebasse
Et avec la participation de : Eric Seys : flûte, Ugo Berardi : basson
* Pomme apparait avec l’aimable autorisation de Polydor, un label Universal Music France.

Origine des textes :

Poèmes inédits :
« Questions de voie », « Aurions-nous pu prévoir… », « Quand je serai jeune »
Poèmes extraits de Génération deux mille quoi (éd. Fortuna, 2015) :
« Nous irons… », « Tous deux sur la scène », « Une incroyable idée », « Vintage », « Juste le vide de l’air », « Un amour qui dure », « A deux pas du désir », « Un rien », « Génération deux mille quoi »
Poèmes extraits de Les choses qui changent (éd. Mines de rien, 2013) :
« Des vies au village », « Les choses qui changent », « Tu n’es plus là »
Poèmes extraits de Les années aperçues (éd. Lanore, 2012) :
« Au réveil », « La valse des jours de plus », « Laissez-nous l’enfance »
Poème extrait de Le juste nécessaire (éd. APES / Bérénice, 2012) :
« Danse »
Poème extrait de L’Âge de mes désirs (éd. Le Temps des Cerises, coll. Le merle moqueur, 2011) :
« J’aurais voulu nous voir… »
Poèmes extraits de La discordance des temps (éd. Le Temps des Cerises, 2009) :
« Douce insécurité », « Un endroit », « La discordance des temps »
Poème extrait de La vie, en fait… (éd. Lettres du Monde, 2000)
« Le testament du vieil homme »
Poème extrait de Funambule (éd. Lettres du Monde, 1999) :
« Juste vous »

Paru le 1er mars 2016

Éditeur : EPM

Genre de la parution : CD

Poème
de l’instant

L’ARDEUR COSMIQUE

L’Ordre et la Vérité sont nés
de l’Ardeur qui s’allume.
De là est née la Nuit.
De là l’Océan et ses ondes.

De l’Océan avec ses ondes
naquit l’Année,
qui répartit jours et nuits,
régissant tout ce qui cligne des yeux.

Rig-Véda, « L’ARDEUR COSMIQUE », traduit du sanskrit par Louis Renou, Du feu au cœur du vent, Trésor de la poésie indienne, Édition de Zéno Bianu, Poésie/Gallimard, 2020.